Hommage Club Vendredi 25 Nov. 2022 à 18h24

Les instants d'année de Serge Vial

Une histoire de famille. Chez les Vial, le ballon rond et les Verts ont toujours été au cœur des débats. "Mon père a joué en première. Il a disputé une dizaine de matches en équipe fanion avant que la deuxième guerre mondiale n'éclate. Mon frère, Bernard a remporté la première Gambardella de l'histoire du club. Pour ma part, j'ai joué en minimes à l'ASSE puis en cadets à L'Étrat. J'étais gardien de but. Puis j'ai opté pour l'athlétisme au Saint-Héand-Sports.", rappelle Serge, célèbre patron de la désormais regrettée Divette de Montmartre qui a également tâté du ballon ovale.

Souvenir, souvenir.

"Le premier match qui m'a marqué, c'était un Sainté-Nice conclu sur un nul : 1-1. C'était un dimanche après-midi. Eh bien, soixante ans plus tard, jour pour jour, rebelote : 1-1. Incroyable, non !"


Salif Keita : un seigneur.

"La veille du match retour contre le Bayern en 1969, j'ai croisé Salif Keita dans le tram. Il m'a reconnu. Il faut dire que nous ne partions pas en vacances et que l'été, je squattais au stade lors des entraînements. Il m'a donné une invitation et j'ai pu assister, tout môme, à ce match de légende."


Une idole : Rachid Mekloufi.

"À Paname, j'ai bien connu Mustapha Dahleb. Un joueur hors-pair qui a régalé le Parc. Il m'a promis de m'amener un jour à "La Divette" l'une des idoles de ma jeunesse : Rachid Mekloufi, un joueur et un homme d'exception. J'aimerais tant le rencontrer", confie Serge Vial. 


La pension à Usson.

"Que de beaux souvenirs et quelle leçon de vie. J'ai été pensionnaire durant cinq ans à Usson-en-Forez. C'était tellement bien et si instructif. Vous savez : quand vous êtes 100 dans une chambrée, 100 caractères différents, ça vous ouvre les yeux. Remarquez les trois ans dans la Marine n'ont pas été mal non plus à cet égard."


De génération en génération.

Je vous le donne en mille : mon petit-fils arbore fièrement un maillot des Verts. Faut pas rigoler avec ça ! Les gens qui ne sont pas de Sainté, ils ne peuvent pas comprendre. C'est inexplicable. C'est dans nos racines, nos gènes, cet amour viscéral pour les Verts, surtout les soirs de derbies. Alors là, on est carrément dans une autre dimension, un autre monde..." 


Le petit écran et la chanson.  

Serge Vial, en 1988, a poussé la chansonnette. Et a eu droit à quelques passages, en prime time, sur TF1, France 2 et France 3. "Des chansons à boire", s'en amuse le boss de "La Divette".


La fin approche.

"Croyez-moi : ça me fait sacrément cogiter. En même temps, toutes les choses ont une fin. Y compris les meilleures. Et là, je peux vous dire que je me suis bien amusé même si tenir un bistrot n'est pas chose aisée. C'est un vrai métier. De midi à 23 heures depuis un demi-siècle derrière le zinc, à un moment donné, le corps a du mal à suivre !"

Fil infos

L'ASSE engagée auprès de l'ONU et l'UNFCCC

L'ambition ? La neutralité carbone avant 2040 !

Logos ASSE x UNFCCC

Palmarès

Logo ZEbet
Logo hummel
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire