ENTRETIEN Communiqué officiel Jeudi 19 Mars 2020 à 19h36

Xavier Thuilot: "C'est la santé qui commande"

Le Directeur général de l’AS Saint-Étienne confirme la suspension des entraînements du groupe professionnel jusqu’à nouvel ordre.

Compte tenu des mesures de confinement prises par le gouvernement, confirmez-vous le report de la reprise de l’entraînement pour le groupe professionnel, initialement programmée le 23 mars prochain ?

Tous les entraînements collectifs sont effectivement suspendus jusqu’à nouvel ordre. Nous appliquons à la lettre les mesures d’urgence décidées par les autorités. La crise sanitaire contre laquelle nous luttons commande tout. Pas question pour le football de se démarquer. L’ASSE avait d’ailleurs pris très tôt des dispositions pour protéger ses joueurs et son staff mais aussi ses différents publics en instaurant notamment le huis clos pour toutes ses séances d’entraînement dès le 3 mars. Vendredi dernier, nous avions également stoppé les entraînements du groupe professionnel pour dix jours alors que beaucoup de clubs hésitaient au départ à s’arrêter aussi longtemps. Les joueurs bénéficient aujourd’hui d’un programme d’entraînement individualisé conçu par Claude Puel et son staff. Une permanence médicale est également assurée par notre médecin Tarak Bouzaabia. Au sein du club, nous sommes en contact téléphonique quotidien les uns avec les autres.


Dans ce contexte, l’ASSE et les autres clubs se projettent-ils sur une éventuelle reprise du championnat ?

Notre double priorité est celle de tous les citoyens : protéger chacun d’entre nous et vaincre l’épidémie. Entre dirigeants de clubs et au sein de l’ASSE, nous échangeons beaucoup. Nous avons encore eu ce matin une conférence téléphonique stratégique avec Roland Romeyer, Bernard Caïazzo et Claude Puel. L’ASSE est aussi une entreprise qui doit faire face à une réalité économique. Nous vivons d’un spectacle que nous ne pouvons plus produire. Pour l’instant, nous n’avons aucune visibilité. Nous pouvons envisager plusieurs scénarios mais nous restons dépendants de l’évolution de l’épidémie. La volonté des clubs est de finir le championnat et de disputer les finales des coupes nationales. Bernard Caïazzo, en qualité de Président du Syndicat « Première ligue », est d’ailleurs un des leaders du combat économique qui nous attend au niveau national et qui va conditionner notre avenir. La situation inédite demande justement des solutions inédites. Nous devons en quelque sorte casser nos modèles de réflexion tout en restant solidaires. Toutes les familles du football participent aux réflexions sur le futur en sachant que notre action ne doit pas entraver la lutte contre l’épidémie. Nous devons faire preuve de responsabilité et de civisme.


Vers quelles solutions inédites le football français s’oriente-t-il ?

Il est trop tôt pour en parler. La particularité du football, c’est l’enchevêtrement des calendriers entre championnats nationaux, coupes d’Europe et compétitions FIFA avec des périodes et des schémas bien définis. Par essence, la saison sportive s’achève le 30 juin, le mercato se déroule en juillet en août… Ce sont des schémas qu’il faudra bousculer, et tous ensemble. Nous sommes en effet liés les uns aux les autres. Aucun pays n’est autonome. C’est ce qui différencie aussi les ligues européennes des ligues américaines fermées. En basket, la NBA décide seule de son futur et peut donc très vite se remettre en ordre de marche. Il était donc important que l’UEFA reporte l’Euro afin de libérer des dates pour que les championnats nationaux puissent éventuellement reprendre et aller à leur terme. Mais je le répète : dans l’immédiat, nous devons faire preuve de responsabilité et de civisme.

Fil infos

Expériences ASSE

Palmarès