Timothée Kolodziejczak:

Timothée Kolodziejczak: "Mentalement plus forts"

Le défenseur stéphanois le reconnaît : le scénario du match à Strasbourg a renforcé les liens du groupe. Arrivé il y a seulement quelques semaines à Saint-Etienne, le Nordiste poursuit tranquillement une intégration déjà réussie sur le terrain.

Pros Jeudi 23 Août 2018 à 16h47

Comment s’est déroulé l’après-match de Strasbourg (1-1)?
La semaine a été basée sur la récupération, du moins en partie. Il a fallu retrouver un peu de gaz en vue du match de ce week-end. Face à Strasbourg, on a souffert de la chaleur et de jouer une bonne partie du match à dix contre onze. Évoluer en infériorité numérique est difficile à ce moment de la saison car on n’est pas encore totalement prêts.

Face à Guingamp (2-1), tu as joué latéral gauche, alors qu’à Strasbourg, tu es entré en jeu en tant que défenseur central. A quel poste t’es-tu senti le mieux?
Cela fait maintenant quelques années que je joue dans l’axe, donc évoluer à ce poste est peut-être un peu plus facile pour moi. Avec Loïc (Perrin), on s’est beaucoup parlé sur le terrain. C’est un joueur techniquement et tactiquement très facile. Il a de l’expérience, de la maturité. On s’est serré les coudes et on a beaucoup échangé.

Tu as engrangé beaucoup de temps de jeu depuis le début du championnat.
Oui, j’ai finalement enchaîné les deux matches. Je fais attention parce que mon corps n’a plus l’habitude. Je suis content et satisfait. Je ne me sens qu’à 60-65% mais j’ai de bonnes sensations. J’espère monter en puissance.

Que penses-tu de la ferveur populaire qui accompagne le club?
Je suis originaire de Lens et les deux villes se ressemblent. Ce sont des villes ouvrières, j’en connais les valeurs. Je n’ai pas été surpris. Au stade, c’est un peu pareil. Je n’ai pas encore vu les kops mais, à Lens, les gens vivent pour le foot. Ils se privent de vacances pour se payer les abonnements. Je ne sais pas si c’est exactement pareil ici mais ça y ressemble. A Séville et au Mexique, les séances d’entraînement étaient à huis-clos. Lorsque j’évoluais à Nice, il y avait un peu de monde, mais pas autant qu’à Sainté. La ferveur est un plus pour une équipe. Elle te pousse à donner davantage quand tu es moins bien.

Que représente le fait d’effectuer deux déplacements consécutifs en tout début de saison?
C’est difficile. Surtout que, pour notre premier match face à Guingamp, on a évolué sans tout notre public. Mais, on a un groupe de caractère. On est capables de prendre des points partout. Mentalement, nous sommes rentrés de Strasbourg plus forts vu le scénario du match. Ça donne beaucoup de confiance. Ce fut un match compliqué, on a un peu de chance sur l’égalisation, mais on a saisi l’opportunité au bon moment. Il faudra avoir le même état d’esprit tout au long de la saison car on sera attendus.

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :