Miguel Trauco, le derby dans la peau

Miguel Trauco, le derby dans la peau

L’international péruvien, qui vivra ce soir son premier duel face à l’OL, explique ce qui fait le sel de ces matches si particuliers. Du Pérou au Brésil, le défenseur latéral revient sur ses souvenirs dans les derbies qu’il a disputés.

Pros Dimanche 06 Octobre 2019 à 13h00


SA DÉFINITION DU DERBY

"Pour moi, un derby est un classique du football, un match qui va au-delà même d’un championnat, qui concentre tous les ingrédients et qui en font une partie spéciale. Pour un derby, peu importe les formes récentes des deux équipes, peu importe les derniers résultats ou la trajectoire. Ce qui compte, c’est l’envie. Bien sûr, on joue tous les matches pour les gagner. Mais, un derby, de partout dans le monde, demande une envie supplémentaire, une volonté intense de l’emporter. Quand tu en gagnes un, en plus des trois points, tu empoches de la confiance supplémentaire et un avantage moral sur l’adversaire de toujours. Si je devais donner trois mots pour définir un derby, ce serait courage, lutte et passion. Si tu as ces trois choses en toi, alors l’adversaire n’a plus aucune chance. Ces trois mots sont essentiels pour un match aussi particulier. Jouer un derby demande plus qu’un match lambda."


LE DERBY DU PÉROU

"Au Pérou, les deux équipes qui entretiennent la plus grande rivalité sont l’Universitario de Deportes et l’Alianza Lima. Les deux clubs sont basés à Lima, la capitale, et sont les plus suivis du pays. J’ai joué à l’Universitario, club que je supporte depuis ma tendre enfance, et je suis fier de ne jamais avoir perdu un derby contre l’Alianza. Je n’ai donc que des bons souvenirs ! Pour moi, c’est comme un titre sur mon palmarès. Celui qui m’a le plus marqué s’est déroulé dans le stade de l’Alianza. On menait au score quand le match a été suspendu pour des lancers de pétards des supporters adverses. On a dû rejouer la rencontre à huis-clos et on a encore gagné. Depuis, nos supporters chambrent les leurs en disant qu’on les bat avec ou sans public ! Les deux clubs possèdent des fans de partout dans le pays. L’ambiance se rapproche de celle des matches entre Boca Juniors et River Plate."


Dans un derby, ce qui compte, c'est l'envie


LE DERBY DU BRÉSIL

"Le Brésil est le pays du football. On le vit comme nulle part ailleurs. Les Brésiliens délaissent tout pour leur équipe préférée. Ils peuvent consentir des efforts et des sacrifices incroyables. Le Fla-Flu, qui oppose le Flamengo, où j’ai joué, à Fluminense, est le match le plus suivi au Brésil. Les deux clubs sont originaires de Rio de Janeiro, une ville où le football est roi. J’ai marqué le but de l’égalisation à la 90ème minute lors d’un de ces matches. Les supporters l’ont fêté comme une victoire. C’est là que j’ai appris une chose importante. Parfois, lors d’un derby, tu n’arrives pas à gagner. Dans ces cas-là, tu dois tout faire pour ne pas perdre. Il en va de la fierté de tout un peuple. J’habitais dans le centre-ville de Rio et j’ai pu sentir au quotidien le poids de ce but. Je suis devenu celui qui a permis au Flamengo de ne pas perdre face à Fluminense !"


LE DERBY DE FRANCE

"Je suis hyper motivé car j’aime ce genre d’ambiance. Je sens que notre stade va être merveilleux. C’était déjà le cas lors des premiers matches donc je m’attends à une atmosphère incroyable pour cette rencontre. Dès que j’ai signé à Saint-Étienne, on m’a parlé du Derby. Honnêtement, je suis surpris de l’ampleur de ce match et de l’importance qu’il a. Ici, les gens sont très respectueux, humbles et on sent qu’ils aiment passer inaperçus. Ils respectent énormément les autres. Mais, dès lors qu’il s’agit du Derby, ils se transforment ! J’ai l’impression de vivre un match sud-américain. Les gens m’en parlent avec une sincérité étonnante. Ce que j’ai compris, c’est qu’on joue le Derby pour nos supporters. J’ai hâte d’être sur le terrain. J’aimerais leur offrir une victoire dans ce match si particulier.»


Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :