Sur les traces de... Pros Lundi 06 Avril 2020 à 14h21

Mahdi Camara, la fierté de Martigues

Notre-Dame des Marins veille sur lui. Depuis ses débuts à Martigues, Mahdi Camara a bien mené sa baraque. Et rêve de faire chavirer de bonheur les supporters des Verts.

"Mahdi, j’ai eu la chance de l’avoir durant trois ans en U13. C’était un petit issu de de Notre-Dame des Marins, un quartier populaire de Martigues. Il aurait pu, comme d’autres, se laisser entraîner, déraper. Mais il était bien entouré. Ses parents, Frédérique, qui connaît parfaitement les exigences du haut niveau, et Amadou l’ont bien cadré, lui ont donné une bonne éducation." Ces propos, c’est Pierre-Louis Houde, son éducateur en benjamins au FC Martigues qui nous les a tenus. Une chance : c’est donc le premier mot qui est lui venu à l’esprit à l’heure d’évoquer Mahdi Camara. Un mot auquel ce dernier, on l’imagine, ne sera pas insensible et qui atteste éloquemment de l’excellente image que le Stéphanois a renvoyée au sein du club provençal. "Malal, son frère de trois ans son aîné, était également prometteur. Évoluant en défense, il avait d’ailleurs été repéré par l’Olympique de Marseille. Hélas, des blessures ne lui ont pas permis de confirmer tout le potentiel entrevu chez nous", poursuit Pierre-Louis Honde. 


J’ignore ce que l’avenir lui réserve mais, croyez-moi, il a des atouts pour s’imposer.


Beaucoup de candidats, peu d’élus : c’est la dure règle du sport de haut niveau. Celle qui n’a pas permis aux deux potes de Mahdi de vivre leur rêve. "La génération 98 était de grande qualité. Nous avions d’ailleurs disputé la finale régionale U13. Dans cette équipe, outre Mahdi que j’utilisais en milieu offensif ou au poste d’attaquant, je pouvais compter sur Morgan Cesco et Belkacem Dali Amar, partis respectivement à Montpellier et Marseille. Ils évoluent aujourd’hui en N3. En fait, seul Mahdi a passé le cut. Il est vrai qu’avec son centre de gravité assez bas, ses crochets courts et sa grinta, il disposait d’un gros potentiel. Il a su corriger certaines lacunes en progressant en U15 au Pôle Espoirs d’Aix-en-Provence et chez nous sous la houlette de Jafar Moughadim. Je dois dire que nous sommes fiers d’avoir contribué à lui donner de bonnes bases."



Un joueur intelligent et respectueux dont bénéficient aujourd’hui les Verts et dont Pascal Braud a bénéficié, la saison dernière à Laval. "Il a su se remettre en question en acceptant d’être prêté en National. Bien qu’arrivant d’un club de L1 Conforama, aucun temps de jeu ne lui était garanti. Eh bien, il aura tout simplement disputé tous les matches et fait l’unanimité par son remarquable état d’esprit et ses qualités de footballeur. Joueur intelligent, il analyse bien les situations, sait prendre l’info et se positionner. Dans un rôle de box to box, il nous a marqué des buts importants, s’est discipliné. Particulièrement respectueux, il a su être à mon écoute et à celle de joueurs d’expérience tels que Mounir Obbadi ou Gaël Danic. Dernièrement, j’étais à Nantes. J’ai apprécié sa prestation. Il n’a pas traversé le match de façon neutre, a pris des initiatives, s’est montré influent sans pour autant s’enflammer. J’ignore ce que l’avenir lui réserve mais, croyez-moi, il a des atouts pour s’imposer." A l’instar de Zoumana et Titi Camara, qui l’ont précédé au sein de la maison verte, c’est tout le mal que l’on souhaite bien évidemment.

Expériences ASSE

Palmarès