Pros Pros Mercredi 29 Juin 2022 à 18h42

Laurent Batlles : "Beaucoup d'humilité et de travail"

Présenté aux médias ce mercredi, le nouvel entraîneur des Verts a évoqué le projet qu'il souhaite mettre en place sur les deux saisons à venir avec le soutien de Jean-François Soucasse et Loïc Perrin. Le Président exécutif et le Coordinateur sportif ont, pour leur part, évoqué le travail mené par la direction depuis le dénouement du dernier exercice.

Un mois jour pour jour après la relégation en Ligue 2 BKT, où en est l'AS Saint-Étienne ?

Jean-François Soucasse, Président exécutif de l'ASSE : On a vécu, il y a maintenant un mois jour pour jour, une véritable déflagration. Désormais, on a hâte de passer à une nouvelle saison. Lors du mois qui vient de s’écouler, nous ne sommes pas restés inactifs. De la Ligue 1 à la Ligue 2, il a fallu passer d’un budget de 70 à 30 millions. C’est un exercice complexe auquel nous nous sommes attelés dès le lendemain du match contre Auxerre. Le point positif, c’est que sans les nombreuses actions menées en amont, le club aurait pu avoir à gérer une crise économique et financière en plus de son échec sportif. On a reposé les bases d’un projet ambitieux. Laurent Batlles en sera le fer de lance. 


Justement, pourquoi votre choix s'est-il porté sur Laurent Batlles pour incarner ce nouveau projet ?

Loïc Perrin, Coordinateur sportif : Il répondait à tous nos critères. Le premier concernait l’aspect humain. J’avais la chance de le connaître pour avoir joué avec lui mais il fallait surtout quelqu’un connaissant la Ligue 2 BKT, un championnat compliqué. C'est son cas puisqu'il a eu la chance d'être sacré champion de L2 et de monter en L1 avec Troyes. L'autre critère important était la connaissance du club, de l’environnement stéphanois. Il a fallu faire les choses rapidement car il s’agissait de la première étape de ce nouveau projet sportif avant de se concentrer sur l’effectif. C'est ce que nous avons fait, puisqu'après avoir rencontré Pascal Dupraz pour acter la fin de notre collaboration, nous sommes arrivés rapidement à un accord avec Laurent.


Sur quels critères est basé votre recrutement ?

Loïc Perrin : On compte déjà trois arrivées (Dylan Chambost, Anthony Briançon et Jimmy Giraudon). Il s’agit de joueurs, là encore, qui connaissent parfaitement la Ligue 2 BKT. Au-delà de leurs qualités techniques indéniables, on est sûrs de leur état d’esprit, c’est un autre point important là aussi. On va continuer à travailler tout au long du mercato. Il y aura du mouvement, d’autres recrues et, potentiellement, quelques départs. Nous serons attentifs et actifs à la hauteur de nos moyens lors de cette intersaison.


Quels enseignements positifs, cette fois, tirez-vous du mois écoulé ?

Jean-François Soucasse  : Il est important de parler des partenaires. C’est rassurant de voir que même dans la difficulté, nos partenaires continuent à assurer le club de leur soutien. Et je ne parle pas que du soutien économique, il s'agit aussi du soutien au projet qui se met en place. On a tous envie de reconnaître des moments positifs. On sort d’un cycle de trois ans particulièrement délicat conclu par une relégation. Il faut passer à autre chose. On est lucides sur ce qu’on a traversé, sur les erreurs qui ont été faites. Ça a existé, on en tire des enseignements. 


Pour être complet, quel bilan faites-vous de votre passage devant la DNCG ?

Jean-François Soucasse : La DNCG a validé un plan d’action passé et futur. C’est confortable de se dire que comparativement à d’autres projets, l'AS Saint-Étienne, aujourd’hui, n’est pas confrontée à des mesures contraignant sa stratégie sportive ou, pire encore, à des plans sociaux de grande envergure. 


 Il ne faut pas croire que notre statut de club historique nous donne des résultats. C’est le travail qui fera qu’on pourra atteindre nos objectifs. 


Bienvenue à vous, Laurent Batlles. Quel est votre ressenti depuis votre signature à l'ASSE ?

Laurent Batlles, Entraîneur de l'ASSE : Je suis très heureux d’être ici. J’étais jusque-là dans l’attente d’un projet en Ligue 1. Venir en Ligue 2 BKT, je ne le voyais qu’avec l’AS Saint-Étienne. Ce n’est pas un manque d’humilité, j’ai vécu certaines choses avec Troyes et je voulais entraîner une équipe de L1 sur la durée. Mais ce projet, il me paraissait intéressant de le relever. Nous ne sommes pas là pour vendre du rêve. C’est un projet sur deux ans avec la construction d’une équipe, avec beaucoup d’envie, d’humilité, d’ambitions. Je suis heureux d’en faire partie. 


La montée est-elle un objectif clairement fixé ?

Laurent Batlles : Il y a un projet sur deux ans. Bien sûr, l’ambition est d’être compétiteurs, d’être le plus haut possible mais j’ai fonctionné par paliers lorsque j'étais à Troyes. Je procèderai de la même façon en faisant un point toutes les dix journées. Quoi qu'il en soit, il faut être positif et dans le combat. Il va falloir construire une équipe cohérente. On va essayer de mettre un projet de jeu ambitieux. Pour atteindre nos objectifs, il faut gagner des matches mais il faut faire les choses dans l’ordre et d’abord être dans la construction. 


En s'appuyant sur quels joueurs ?

Laurent Batlles : Des joueurs qui connaissent le championnat mais aussi son haut de tableau. C’est important également. On veut construire une équipe compétitive avec des éléments qui ont envie d’aller de l’avant. Il faut se laisser le temps de faire les choses avec humilité. Il ne faut pas croire que notre statut de club historique nous donnera des résultats. C’est le travail qui fera qu’on pourra atteindre nos objectifs. 


Quelle place la formation aura dans ce nouveau projet ?

Laurent Batlles  : Aujourd'hui, on ne peut pas avoir un centre de formation performant et ne pas s'en servir. On aimerait avoir 14 à 15 joueurs de L1/L2 et les compléter par de jeunes joueurs pour arriver à 21 éléments. On doit se servir de nos meilleurs jeunes. On a volontairement laissé des casiers vides dans le vestiaire des professionnels. À eux d’aller les chercher. 


On ne peut pas aujourd’hui avoir un centre de formation performant et ne pas nous en servir.


Être l'ASSE en Ligue 2 BKT, est-ce une forme de pression supplémentaire ?

Laurent Batlles : C'est une certaine forme de motivation aussi. On va être attendus. C’est pour ça aussi que les joueurs qui vont nous rejoindre doivent appréhender cette pression liée au blason et ce qu’il va représenter pour nos adversaires. On prend des joueurs qui pourront assumer. Ça nous demandera, là encore, beaucoup d’humilité et de travail. 

Fil infos

L'ASSE engagée auprès de l'ONU et l'UNFCCC

L'ambition ? La neutralité carbone avant 2040 !

Palmarès

Logo ZEbet
Logo le coq sportif
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire