Maillot Vert Pros Dimanche 08 Août 2021 à 10h22

L'histoire d'un but : Damien Bridonneau face à Châteauroux

Ce 22 mai 2004, Damien Bridonneau a marqué l'un des buts qui font la légende des Verts. D'une volée magistrale, synonyme de titre de Champion de Ligue 2. Son unique réalisation sous le maillot stéphanois. Il se souvient de ces instants. Entre grâce et folie.

Et soudain Damien Bridonneau se lança dans une folle sarabande. Courut à perdre haleine, s'abandonnant corps et âme à cet instant magique. Dans un état second, porté par la foule, le visage irradié d'un bonheur ultime, il s'en alla, gambadant joyeusement, communier et partager son indescriptible joie avec son coach, Frédéric Antonetti et son adjoint, Jean-Marie De Zerbi. D'une volée acrobatique il venait d'offrir le titre de champion de France de Ligue 2 à l'ASSE qu'il avait rejointe à l'entame d'une saison de toutes les émotions.


Lui l'anonyme, âpre au combat, ne renâclant pas aux tâches obscures, s'était fait un nom. Passé à la postérité, son but - le seul qu'il ait inscrit sous la légendaire tunique verte - ressemblait à s'y méprendre à un de ses diamants finement ciselés, aux mille éclats. Un joyau dans un écrin unique. Un but venu d'ailleurs et une ligne au palmarès à la clé. "J'avais la rage. Je n'avais pas débuté le match, Fred ayant souhaité offrir une belle sortie à Patrice Carteron. Au final, « Cartoche » a ouvert le score et j'ai inscrit le deuxième but. C'est dingue, non ! Il n'empêche : lorsque je suis entré en jeu, nous menions et quasiment dans la foulée, nous avons concédé l'égalisation. Je me suis dit que j'étais maudit", se souvient Damien Bridonneau, désormais retiré en Corse.


"Je me suis lâché, je n'avais plus rien à perdre : le titre était en train de nous échapper. Alors, dans une fin de match débridée, j'ai terminé avant-centre. J'ai placé un coup de tête sur le montant avant de me jeter sur un ballon de Fred Mendy. À l’instinct". Un geste à jamais gravé dans sa mémoire. "J'en ai encore des frissons, 17 ans plus tard, lorsque j'évoque ce moment d'extase. Dans ma tête, tout est encore visualisé, millimétré. Le Chaudron s'est mis à trembler, la terre à bouger ! J'ai couru comme un dératé. J'ai vidé tout ce que j'avais à vider, toute cette frustration que j'avais, enfouie au fond de moi. Oui, je l'avoue : j'ai vécu un moment égoïste. Je poussais tout le monde. J'ai hurlé à mes coéquipiers : « ne me touchez pas ». Je me suis dirigé vers le banc et adressé un coucou à mes enfants. C'était géant."


Une anomalie réparée

Au terme de cet exercice 2003-2004, l'ASSE a retrouvé sa place en L1, celle qu'elle n'aurait jamais dû quitter au regard de son statut et de son histoire. "Nous avions un super groupe, un savant cocktail de joueurs expérimentés et de jeunes bourrés de talent. Je pense à Jérémie (Janot), Bafé (Gomis) ou Loïc (Perrin). Cette année-là, nous avions également disputé une demi-finale de Coupe de la Ligue face à Sochaux (2-3, a.p.). La remontée, nous l'avions obtenue chez moi, à Niort, à cinq journées de la fin. Mais le titre s'est longtemps refusé à nous...", se remémore l'ex- Manceau Damien Bridonneau. Jusqu'à cette fameuse 86e minute et ce ciseau somptueux face à Châteauroux (2-1). "Je suis fier d'avoir participé à l'accession des Verts. Depuis, ils ne sont plus descendus. J'aurais aimé poursuivre l'aventure et finir ma carrière à Sainté."


Maillot Vert #37 est d’ores et déjà disponible en version numérique sur asse.fr à partir de ce lien ou de la liseuse, ci-dessous.



Fil infos

Palmarès

Logo ZEbet
Logo le coq sportif
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire