#ASMASSE Pros Mardi 22 Déc. 2020 à 15h26

Jessy Moulin : "Garder la même rigueur défensive"

Le gardien stéphanois veut que les Verts fassent preuve de la même solidité pour tenter de rapporter un succès de Monaco.

On t’a vu énervé après la rencontre face à Nîmes…

J’étais davantage frustré qu’énervé au coup de sifflet final. Quand on a l’occasion de gagner des matches, il faut le faire. On sort d’une période assez compliquée et au vu de la physionomie du match et des occasions qu’on a eues, ne prendre qu’un point était frustrant.


Qu’est-ce qui vous manque actuellement pour retrouver l’efficacité dans le secteur offensif ?
Il est difficile d’avoir des occasions et de ne pas marquer. On pointe du doigt les attaquants, mais c’est l’équipe qui est manque de confiance et ça se ressent quand on arrive face au but adverse. Il vaut mieux voir le verre à moitié plein, et penser qu’on a eu beaucoup d’opportunités face à Nîmes. Certains joueurs vont retrouver de la confiance. Ce sont les aléas du football et il faut s’en remettre.


Que retiens-tu des dernières semaines de compétition ?
On a essayé de se rassurer après une série noire. On a quand même été solides, avec beaucoup d’occasions pour faire mieux. Le plus difficile reste de marquer des buts. Quand on retrouvera le chemin des filets, tout s’améliorera. On n’a pas la confiance qu’on aimerait avoir mais c’est à nous d’aller chercher les points. On en est capables. Le coach s’attache à avoir un bloc compact. À chaque fois qu’on a été rigoureux, on a concédé moins d’occasions tout en nous en créant beaucoup plus. Il faudra continuer à faire preuve de rigueur défensive.


Un match de foot, c’est savoir donner des réponses aux attaquants et à l’équipe adverse. À nous de les trouver.


Comment abordes-tu le match face à Monaco ?

On veut finir l’année du mieux possible, continuer notre série et rester invaincus. En tout logique, dans notre position, c’est notre devoir que d’aller là-bas et être ambitieux. Monaco a un duo d’attaquants qui va vite. C’est très technique, ça aime jouer dans les petits espaces. Un match de foot, c’est savoir donner des réponses aux attaquants et à l’équipe adverse. À nous de les trouver.


Comment vis-tu ta première saison dans la peau d’un numéro un ?

On est dans une période de reconstruction avec une équipe jeune et nouvelle. La série de défaites a été compliquée à digérer. On a réussi à couper cette série, ce qui est plutôt positif. Mais, c’est dur de passer autant de temps en voulant être décisif sans parvenir à l’être. C’est frustrant, fatiguant, dur mentalement. On essaie de se laver les têtes et d’aller de l’avant. J’ai mon opinion sur mes performances mais je la garderai pour moi. Mon but, c’est la régularité. Je suis arrivé numéro un sans aucune prétention. J’apprends le poste, à enchaîner les matches. C’est un autre rôle. Je l’assume. Il faut continuer à bosser et à vouloir y arriver.


En séance, on te voit proche de Stefan Bajic et Étienne Green, deux gardiens qui, comme toi, ont été formés à l’ASSE.

Ce sont deux supers gardiens qui bossent énormément et qui ne rechignent jamais à la tâche. On s’entend excessivement bien. Ils sont à l’écoute et ont envie de me mettre dans les meilleures conditions. On échange, on parle beaucoup. C’est très plaisant de s’entraîner quotidiennement avec eux.


À Dijon comme face à Nîmes, tu as subi des contacts rugueux de la part des adversaires…

J’aime aller au contact. J’ai pris un bon tampon à Dijon. Lors de la même journée, un autre joueur a pris un carton rouge sur la même action. Je ne veux pas me plaindre, mais dernièrement j’ai pris des coups qui laissent des traces. C’est dur ensuite de s’entraîner avec ces douleurs. La trêve va faire du bien sur cet aspect-là.

Fil infos

Palmarès

Logo AESIO Mutuelle
Logo le coq sportif
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire