D1 Arkema Féminines Vendredi 22 Avril 2022 à 12h15

Jérôme Bonnet : "Pas le droit de se résigner"

Malgré une position de lanterne rouge peu enviable occupée par ses protégées, le coach des Vertes refuse de céder au défaitisme. "Mathématiquement, le coup est encore jouable", affirme-t-il. Le maintien en D1 Arkema passera forcément par un succès face à Dijon, ce samedi au Salif-Keïta.(14h30) 

Jérôme, une fois encore face à Guingamp (1-3), l'équipe a payé cash des erreurs individuelles. Comment expliquer ce problème récurrent ?

Notre manque de concentration, de détermination et de justesse technique est difficile à expliquer. Il est même assez incompréhensible étant donné la qualité des joueuses. À l'entraînement, les filles montrent pourtant des choses intéressantes, elle travaillent et réussissent des enchaînements mais, en match, elles n'arrivent pas à reproduire ces bonnes choses. Elles devraient se libérer puisqu'on n'a rien à perdre vu le classement.



La chance, par ailleurs, ne vous sourit guère...

La chance, c'est une compétence qui se travaille mais ne comptez pas sur moi pour endosser le costume de Calimero (sic) ! Nous sommes dans une spirale négative. De deux choses l'une : soit on relève nos manches, soit on se lamente et on baisse la tête. Jusqu'à preuve du contraire : le mot résignation n'appartient pas à mon vocabulaire !


Le revers concédé face à l'En Avant la semaine dernière peut-il déjà condamner l'ASSE à quatre journées du terme ?

Il s'agit toujours d'une défaite de trop mais je veux que nous terminions cette saison du mieux possible. Et pourquoi pas, avoir une belle surprise à la fin ? Nous ferons les comptes au soir de la 22e journée, le 4 juin. On donne aux joueuses les outils pour explorer des domaines qu'elles ne maîtrisent pas forcément, comme la préparation mentale. À elles d'en retirer un plus, de tout mettre en œuvre pour que l'enjeu ne prenne pas le pas sur le jeu.


Nous sommes des compétiteurs.


Comment avez-vous senti votre groupe cette semaine à l'entraînement ?

Les joueuses étaient marquées sans aucun doute mais elles sont bien conscientes aussi que, mathématiquement, tout est encore jouable. Ça passera obligatoirement par un succès, samedi face à Dijon.


Considérez-vous votre victoire contre Dijon au match aller (4-0) comme votre match-référence ?

Oui, incontestablement. Les filles avaient été costaudes, rigoureuses, appliquées et avaient bien utilisé le ballon. Le groupe a du potentiel et il l'avait démontré à Dijon. Faisons en sorte de remporter nos deux rencontres face aux Bourguignonnes afin de recoller à nos concurrents directs qui, eux aussi, ont connu la défaite, le week-end dernier. Ils guettent dans leur rétro et peuvent constater que nous ne sommes pas décrochés. On garde le cap, on continue de bosser, d'être positifs sans céder au pessimisme. Ça va payer, ça va tourner. On est des compétiteurs. On n'a pas le droit de lâcher et on doit abattre les bonnes cartes face à Dijon, qui voudra sans doute effacer l'échec du match aller qui doit lui rester en travers de la gorge.


Disposerez-vous de tous vos atouts pour la réception de Dijon ?

Non. Esther (Okoronkwo) hélas a été victime d'une grave blessure au genou et Lalia Storti et Chloé Bornes sont toujours "out". Tout comme Emily Burns qui n'est pas totalement remise de sa luxation à l'épaule. Nous disposons d'un groupe étoffé de 21 joueuses. Il nous appartient d'effectuer les bons choix. Certaines rongent leur frein. Auront-elles leur chance ? On verra. L'essentiel, dans tous les cas, c'est de faire en sorte que toutes s'expriment pleinement, ensemble.

Fil infos

L'ASSE engagée auprès de l'ONU et l'UNFCCC

L'ambition ? La neutralité carbone avant 2040 !

Palmarès

Logo AESIO Mutuelle
Logo le coq sportif
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire