Coupe de France Féminine Féminines Jeudi 06 Janv. 2022 à 16h23

Jérôme Bonnet : "La Coupe pour débuter 2022"

De retour auprès du groupe stéphanois après des problèmes de santé, le coach des Vertes croit plus que jamais au maintien en D1 Arkema. Samedi 8 janvier, la Coupe de France sera au programme avec la réception de Montpellier (14h30). Des Héraultaises que les Vertes retrouveront, une semaine plus tard, en championnat...

Que peut-on vous souhaiter en ce début d'année après votre absence prolongée pour raison médicale ?

La santé bien évidemment (sourire). Sans elle, nous ne serions pas là pour parler de foot, de notre passion. Je nous souhaite, joueuses et staff, d'atteindre nos objectifs collectifs et individuels. En l'occurrence, rester en D1 Arkema, le niveau auquel nous devons prétendre.


Comment abordez-vous ce match de Coupe de France, samedi à domicile face à Montpellier (14h30) ?

Clairement, la Coupe ne constitue pas un objectif mais c'est une compétition et on doit l'appréhender comme telle. Avec cette volonté de gagner qui anime tous les compétiteurs. Cette épreuve, qu'on a remportée en 2011 et dont on a été finalistes en 2013, va nous  permettre de donner du temps de jeu à des éléments qui en manquent, et si, on venait à passer des tours, à combler nos week-ends dans ce calendrier de D1 clairsemé. Mais honnêtement, on ne vivrait pas une élimination comme une catastrophe.


L'essentiel est ailleurs...

Forcément, dans notre position, on doit être focus sur le championnat. On se déplace huit jours plus tard à Montpellier. On ne pourra donc pas mettre à profit ce tour de Coupe pour nous préparer, éprouver un système. On va donc faire différemment. Ce sera un jeu de bluff de part et d'autre.


Disposerez-vous de tout votre effectif ?

Hélas non. Dans un souci sanitaire bien compris, on s'est soumis à des tests PCR. S'il n'y a pas de cluster à déplorer et que certaines filles ont repris l'entraînement, des doutes persistent concernant six joueuses qui pourraient nous rejoindre dès demain (vendredi). On est un peu dans l'expectative. Une ligne - la défense - est plus particulièrement affectée mais on peut s'appuyer sur le retour de Manon Uffren et un effectif assez large. Des filles ont progressé et veulent le montrer.


Les filles sont motivées, remontées. Je ne les sens pas douter.


Votre quête de maintien passe-t-elle par l'arrivée de renforts ?

Nous serons actifs sur ce mercato d'hiver. On a identifié nos besoins et des profils sont à l'étude. De notre côté, aucune fille n'a manifesté le désir de partir. Personne n'entend quitter le navire. Elles sont dans la même galère, veulent ramer ensemble et maintenir le club à flots et en D1 Arkema.


La position de lanterne rouge peut-elle entamer votre motivation  ?

Bien sûr ! Sinon, je ne serais pas là. Tout le monde est concerné, investi. On n'est pas décrochés et pas très loin de la vérité. Il faut recoller le plus rapidement possible à la dixième place. Les filles sont motivées, remontées. Je ne les sens pas douter.


Les difficultés rencontrées par votre équipe vous ont-elles amené à échanger avec le staff professionnel masculin qui fait face à une problématique similaire ?

Je n'ai pas encore eu l'occasion de rencontrer Pascal Dupraz. Toutes les composantes du club doivent être derrière lui afin que notre locomotive, notre équipe-phare se maintienne parmi l'élite. À un degré moindre bien évidemment, je dois réussir également cette mission et on s'y attèle.

Fil infos

L'ASSE engagée auprès de l'ONU et l'UNFCCC

L'ambition ? La neutralité carbone avant 2040 !

Palmarès

Logo AESIO Mutuelle
Logo le coq sportif
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire