D1 Arkema Féminines Jeudi 14 Oct. 2021 à 15h58

Jérôme Bonnet : "Gérer nos émotions"

Le coach des Stéphanoises veut voir ses protégées franchir un cap et gagner en rigueur, efficacité et constance. Première étape, ce dimanche (12h45), face à l'impressionnante armada du Paris Saint-Germain.

Comment analysez-vous le revers enregistré face au Paris FC (1-3) après votre probant succès remporté à Dijon (4-0) ?
Il révèle notre manque de constance. On ne doit jamais penser que les choses sont acquises et que l'on va forcément lancer une dynamique. On doit toujours se relever les manches, se remettre en cause en permanence, s'adapter aux caractéristiques de chacun de nos adversaires. Ceci étant, on a réalisé une bonne première période et on aurait pu rejoindre les vestiaires avec un écart de deux buts. Mais on a manqué de rigueur, de concentration et payé cash nos erreurs, ces fameux petits détails. Et le vent a tourné...


L'arbitrage a suscité quelques interrogations...
Deux ou trois incompréhensions en effet. Ç'a généré de la frustration, de l'énervement. Les joueuses et nous-mêmes, membres du staff, sommes sortis du match. Il faut qu'on apprenne à gérer nos émotions. C'est aussi ça l'apprentissage du haut niveau. Vous devez rester concentrés, rigoureux, appliqués. Ceci dit, je regrette les cartons, sortis un peu rapidement à mon goût. Ils nous coûteront dans les semaines à venir. C'est dommageable. Laura Condon sera suspendue pour notre déplacement à Paris. J'espère que ça se lissera sur la saison.


On devra être à 200% de nos moyens.


Comment appréhendez-vous le match au sommet qui vous attend contre le PSG ?
Ces matches-là, on a envie de les jouer, de se confronter à des équipes d'une telle qualité. Face à Lyon, en début de saison, on avait bien répondu pendant vingt minutes. Là, on devra répondre présents 90, 92, 93 minutes. On devra monter le curseur d'un, voire deux niveaux si on prétend rivaliser. On devra être à 200% de nos moyens, être entreprenants.


Que vous inspire le PSG qui joue les premiers rôles aussi bien en championnat qu'en Ligue des Champions ?
Didier Ollé-Nicolle dispose d'un groupe de grande qualité et il gère bien les temps de jeu de chacune de ses joueuses. Le PSG n'a toujours pas encaissé le moindre but et produit un jeu de belle facture. Est-ce que les Parisiennes peuvent avoir un excès de confiance ? Je n'y crois pas. Elles se connaissent parfaitement et jouent ensemble depuis longtemps. Cette équipe, ce n'est pas seulement la juxtaposition de belles individualités. Et oui, elle impressionne. L'ossature de l'Équipe de France est d'ailleurs désormais parisienne.


Dans quel état d'esprit vous rendrez-vous à Paris, dimanche ?
On ne se présentera pas en victimes. Cette équipe parisienne s'appuie sur un projet de jeu parfaitement assimilé, un collectif huilé, bien rodé, de très haut niveau. On doit se rapprocher de ces écuries-là. On mesurera si le travail accompli depuis maintenant trois mois porte ses fruits. On a eu le temps de bien se préparer, de recharger les accus (sic). Les filles avaient accumulé une certaine fatigue, une forme d'usure. Elles devaient se régénérer.


Disposerez-vous justement de toutes vos forces vives après la pause marquée par le championnat la semaine dernière ?
Non. En plus de Laura Condon suspendue, Chloé Bornes et Lalia Storti sont encore un peu justes. Elles ne seront donc pas du déplacement. On espère qu'elles seront opérationnelles dans quinze jours, face à Montpellier. En revanche, Léonie Multari, victime d'un gros choc contre Dijon, est à nouveau disponible.

Fil infos

Palmarès

Logo AESIO Mutuelle
Logo le coq sportif
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire