D1 Arkema Féminines Mardi 31 Mai 2022 à 14h27

Jérôme Bonnet : "Finir sur une note positive"

Bien que d'ores et déjà reléguées, les Stéphanoises et leur coach entendent jouer, mercredi 1er juin (20h45) à L'Étrat, cet ultime match de D1 Arkema face à Soyaux avec "un mental de compétitrices". Et offrir "un beau visage" avant de se projeter sur le prochain exercice.

Jérôme, l' échec essuyé à Fleury (4-2) est-il le reflet de votre saison ? 

En effet, il s'agit d'un parfait résumé d'une saison difficile, sanctionnée par une relégation. Les filles ont parfaitement appliqué le plan de jeu, mené logiquement à la pause et fait montre d'efficacité. Et puis, Fleury a fait valoir son potentiel offensif, sa vélocité, sa capacité à faire mal dans les un contre un pour finalement l'emporter. C'est un scénario cruel qui s'est trop souvent répété. Avec au final, énormément de frustration au regard de l'issue de ces matches qu'on semblait maîtriser et au cours desquels on n'était pas plus en danger que cela.


Comment abordez-vous l'ultime rendez-vous qui vous attend contre Soyaux ?

On souhaite que cette dernière rencontre à la maison, soit synonyme de succès. On l'aborde de la meilleure des manières face à une équipe de Soyaux qui jouera son maintien. On entend offrir un beau visage et d'ores et déjà nous projeter sur la prochaine échéance. Bien finir une saison vous permet de mieux repartir. On doit être déjà focus sur la suite afin de ramener l'ASSE au plus vite en D1 Arkema.


Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné ?

L'heure n'est pas encore au bilan. Ce serait prématuré que de le dresser aujourd'hui. On veut garder toutes nos forces, notre énergie sur ce dernier match. On est uniquement concentrés sur la réception de Soyaux. Ceci étant, bien évidemment, il faudra analyser les dysfonctionnements, pousser plus loin la réflexion afin de définir, entre autres, les axes de progression. Ç'a été une saison particulière, à l'image de notre montée.


J'ai bon espoir de revoir nos deux équipes au plus haut niveau, le plus rapidement possible.


Dans quel état d'esprit êtes-vous aujourd'hui ?

Le coach est forcément triste et frustré au regard du potentiel dont les filles faisaient preuve lors des séances. Déçu également compte tenu de l'investissement sans faille de tous : de l'intendant à la référente com. Les filles ont consenti des sacrifices, ceux que le haut niveau exige mais cela n'a pas suffi. 


Avez-vous l'envie et l'énergie pour rebondir ?

Je me suis déjà relevé, les filles aussi. On doit avoir un objectif commun, partager cette envie, cette volonté de réussir, de s'inscrire pleinement dans un projet.


Que vous inspire la descente de l'équipe professionnelle ?

Beaucoup de tristesse. On sait tous que l'ASSE est une véritable institution, que Saint-Étienne qui est une ville de foot mérite d'avoir une équipe au plus haut niveau. L'heure est désormais à la reconstruction. J'ai bon espoir de revoir nos deux équipes au plus haut niveau, le plus rapidement possible.


Vous jouerez ce mercredi 1er juin (20h45) votre dernier match à l'Étrat ? Est-ce une bonne chose ?

On aurait aimé évoluer sur notre stade Salif-Keïta. On y a nos repères et puis, avec la collaboration de la Ville et du club, nous avons su le remettre en état et en faire un superbe outil de travail. Il est très beau mais, le stade Aimé Jacquet, c'est encore autre chose en termes de qualité de pelouse. Idéal donc pour offrir un beau spectacle.


Disposerez-vous de toutes vos forces ?

Oui, le groupe sera étoffé. Chloé Bornes nous a rejoints, la semaine dernière. On verra si on effectue quelques rotations afin de prendre en compte l'usure morale et physique. Dans tous les cas, on conserve notre ossature et nos principes de jeu.

Fil infos

L'ASSE engagée auprès de l'ONU et l'UNFCCC

L'ambition ? La neutralité carbone avant 2040 !

Palmarès

Logo AESIO Mutuelle
Logo le coq sportif
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire