Jean-Louis Gasset:

Jean-Louis Gasset: "Un match courageux"

L’entraîneur stéphanois, déçu par la défaite, a souligné la débauche d’énergie de son équipe qui a longtemps contrecarré les plans parisiens.

Pros Lundi 18 Février 2019 à 00h15

Quel est le sentiment qui domine après cette courte défaite ?
On est très déçus, et pour deux raisons : la défaite, parce que je pense qu’on a fait un match courageux,  et la blessure de Kévin Monnet-Paquet, qui risque d’être très grave. On a peur que les ligaments du genou soient touchés.

Pourtant, pendant 75 minutes, vous avez tenu tête au leader du championnat…
On a fait le match qu’on voulait. Paris nous a respectés puisqu’il jouait avec pratiquement la même équipe que mardi soir à Manchester. On avait décidé de défendre bas, d’essayer de contrer si l’on pouvait. Peut-être que ça manque d’ambition. Ce sont des joueurs qui n’aiment pas quand les blocs sont serrés, ni les équipes adverses qui vont les chercher un peu plus haut. On a perdu sur un but venu d’ailleurs d’un joueur qui deviendra bientôt le meilleur du monde. Il fallait un but comme ça pour nous battre car on a très bien défendu. On a eu une bonne période en seconde mi-temps avec des corners, des ballons qui passent devant, Gabriel Silva qui rate de peu le but. On peut ouvrir le score. Donc, je ne pense pas que c’était une mauvaise tactique.


Il faut se remettre au travail dès vendredi à Dijon et essayer d’atteindre nos objectifs.

Regrettez-vous l’action du but parisien, qui part d’une perte de balle dans votre camp ?
Stéphane Ruffier est un des meilleurs gardiens français. C’est mon avis. Il est impossible de regretter quelque chose. Face à des équipes qui ont autant de maîtrise, qui étouffent l’adversaire, on est obligés de perdre le ballon. Le jeu demande la faute. Il n’y a aucun reproche à faire. Dans le vestiaire, tout le monde était abattu. Car, tout le monde avait l’impression d’avoir tout donné, bien défendu, bien décroché sur les joueurs majeurs. On avait l’impression de faire le match qu’il fallait. À domicile, on a perdu contre l’OL et le PSG. Ça doit vouloir dire quelque chose. Il faut se remettre au travail dès vendredi à Dijon et essayer d’atteindre nos objectifs. Ce n’est pas tous les jours qu’on nous privera du ballon comme cela.

Votre équipe aurait-elle pu poser plus de problèmes à la défense du PSG
 ?
Quand vous jouez contre Thiago Silva, peu d’attaquants pèsent. On a eu des situations où, avec plus d’efficacité, on aurait pu ouvrir le score. Mais, on sait contre qui on a joué. Wahbi ? Il était nerveux, c’est normal. Il aime dribbler, faire la différence. Là, on n’avait pas le ballon. Il était frustré.

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :