Jean-Louis Gasset:

Jean-Louis Gasset: "Repartir sur une série"

À deux jours de la venue de Rennes à Geoffroy-Guichard, l'entraîneur des Verts souhaite que son équipe se surpasse devant son public pour lancer une nouvelle série.

Pros Vendredi 19 Octobre 2018 à 16h02

Comment avez-vous digéré le revers enregistré à Lille?
Contre Lille on a fait dans la demi-mesure. Ça ne pardonne pas quand on rencontre des joueurs de qualité. Cette défaite est un frein car on restait sur trois victoires mais on n'a pas mis assez de force dans ce match pour faire un bon résultat. Trop de joueurs ont été en dessous de leur niveau. Alors quand on est face à une équipe en pleine forme avec deux attaquants extérieurs rapides, c'est forcément difficile. Mais de la même manière qu'on ne s'est pas emballés après nos trois victoires de suite, on ne s'est pas effondrés après le match. Je trouve les journalistes très sévères après les défaites. Il faut positiver, moi je suis obligé de trouver l'équilibre. On n'a concédé que deux défaites, dont une à Paris.


Loïc (Perrin) c'est le symbole de Saint-Étienne


Que pensez-vous des performances de Loïc Perrin?
Loïc c'est le symbole de Saint-Étienne, il porte les valeurs de ce club, il a traversé les bons et les mauvais moments et il a souvent relevé l'équipe dans ces moments-là. Contre Lille, il n'a pas été le seul à avoir été en dessous de son niveau mais c'est un très bon joueur et un bon capitaine. Si les six ou sept jeunes qui travaillent avec le groupe pro progressent à vitesse grand V, c'est parce que des joueurs comme Loïc (Perrin), Mathieu Debuchy et Wahbi Khazri sont là.

Votre groupe sera-t-il revanchard ce dimanche contre Rennes?
L'objectif c'est repartir sur une série. Il faut qu'on arrive à répéter le match de Monaco car on n'était pas loin de ce qu'on souhaite faire. Mais tous les matches sont difficiles en Ligue 1 et toutes les équipes ont des faiblesses. Il faut qu'on arrive à les minimiser grâce au collectif et à améliorer nos points forts par le travail. C'est qui nous avons la clé. Nous devons imposer notre jeu, notre rythme, notre intensité et nous devons mieux défendre collectivement car beaucoup d'équipes ont les mêmes moyens que nous. Il faut qu'on soit intraitables dans notre stade, il faut se surpasser pour engranger des points et faire une série comme on a su le faire par le passé.



Geoffroy-Guichard est magique


La grève annoncée des supporters peut-elle handicaper votre équipe?
Elle ne va pas de pair avec la consigne que j'avais donnée à mes joueurs: démarrer fort pour mettre le public avec nous mais je comprends le besoin des supporters de manifester. Il faudrait que tout le monde s'asseye autour d'une table pour discuter des sujets entre personnes intelligentes et trouver une solution qui satisfasse tout le monde. Pour moi, la solution c'est la discussion. Le football doit être une fête, je l'ai déjà dit. Jouer dans un stade qui chavire c'est extraordinaire. Geoffroy-Guichard est magique pour ça alors j'espère que le stade poussera l'équipe à surpasser pendant 70 minutes.

Quel regard portez-vous sur le Stade Rennais, votre adversaire?
Ils font un début timide parce que les arrivées de Niang et Ben Arfa ont été longues à se concrétiser et parce que la Coupe d'Europe pompe de l'énergie. Mais quand on voit les sommes dépensées par le club, on voit qu'il y a de l'ambition. Ils sont très puissants depuis plusieurs saisons et ils attendent la bonne pour exploser. C'est une équipe qui nous ressemble.



Avec Debuchy, Saint-Étienne n'a pas perdu


Comment les Verts parviendront-ils à contenir les atouts offensifs adverses?
La différence par rapport à notre dernier match c'est que Mathieu Debuchy sera de retour. Avec Debuchy, Saint-Étienne n'a pas perdu et n'a pris que deux buts. C'est un bon joueur, mais au-delà de ça, c'est quelqu'un qui impulse. Il ne faut pas non plus oublier qu'on a joué notre dernier match sans nos deux seuls latéraux capables de jouer à droite.

Robert Beric fait-il partie de vos choix possibles pour le match contre Rennes?
Depuis le 31 août, Robert Beric est redevenu un joueur à part entière du groupe. C'est un garçon que j'aime beaucoup. Je suis reconnaissant de ce qu'il a fait pour le club et je le vois travailler tous les jours à l'entraînement. Mais en début de saison, je ne pouvais pas installer Khazri, redonner le goût et le mental à Diony et faire exploser Gueye en même temps. Ils sont quatre pour un poste quand même. Mais je l'ai vu revenir de la sélection avec la banane et un surplus de confiance . Ce matin (vendredi), il a très bien travaillé devant le but. Je vais peut-être m'en servir d'ici peu (sourire).

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :