Jean-Louis Gasset:

Jean-Louis Gasset: "Peut-être le début de quelque chose"

Les Verts n'ont jamais douté et c'est ce qui leur a permis de sortir victorieux. Jean-Louis Gasset espère que ce succès sera aussi fondateur que celui décroché la saison passée face aux Normands..

Pros Samedi 22 Septembre 2018 à 23h16

Le scénario du match vous a-t-il fait douter?
Un peu. Quand on fait une erreur comme celle qui a provoqué le but de Caen, on se dit que le match est mal engagé. Mais il ne fallait surtout pas s'énerver. Au contraire, il fallait continuer à jouer et c'est ce qu'on a fait. On s'est quand même procuré trois ou quatre occasions en première période.

Quel a été votre discours à la mi-temps?
J'ai juste apporté quelques petites corrections car Caen n'a eu qu'une frappe cadrée en première période. Le football a été injuste avec nous mais dans les périodes un peu dangereuses comme celle-là il ne faut pas s'énerver. J'ai dit à Stéphane Ruffier que ce n'était rien par rapport au nombre de fois où on lui a dit "merci". Tout le monde commet des erreurs et chez lui, c'est rarissime. À la fin du match, il a remercié tous ses coéquipiers d'avoir corrigé la bourde qu'il a faite. Il sait que le plus important c'est le résultat final et que le but qu'il a encaissé restera anecdotique.

Êtes-vous satisfait de la prestation de vos joueurs en seconde période?
Les titulaires ont bien joué et Diony comme Nordin ont fait une très bonne entrée en jeu. Loïs (Diony) aurait pu marquer deux buts et Arnaud (Nordin) a bien négocié tous les ballons qu'il a touchés. C'est ce qu'il faisait avec la réserve en début de saison et il continue de le faire avec le groupe pro. Il est peut-être en train de passer un cap. Cette victoire est peut-être le début de quelque chose. La saison dernière, nous avions déjà été menés au score par Caen avant de remporter le match 2-1. C'était le match qui avait lancé notre série d'invincibilité (8 victoires, 5 nuls).

La semaine de trois matches commence bien.
Oui mais le point noir c'est la blessure de Mathieu Debuchy. C'est le secteur de jeu où nous sommes les moins nombreux. Je comptais le faire souffler contre Toulouse mais maintenant je ne vais plus pouvoir faire ce genre de calculs car même si sa blessure n'est pas très grave, elle reste pénalisante. Aujourd'hui, on a quatre défenseurs pour quatre places, alors ça veut peut-être précipiter l'entrée en jeu de certains de nos jeunes.

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :