Jean-Louis Gasset :

Jean-Louis Gasset : "On est là"

Affecté par la grave blessure de Gabriel Silva, l'entraîneur des Verts souligne l'importance de la victoire acquise à Dijon (1-0) dans la course aux places européennes.

Pros Vendredi 22 Février 2019 à 21h43

Vous devez être partagé entre deux sentiments, la tristesse de perdre un joueur sur blessure et la satisfaction de remporter une précieuse victoire.
C’est une malédiction. Tous les joueurs qui peuvent jouer au poste de latéral droit subissent des blessures très graves. Gabriel va passer des examens mais sa blessure a l'air d'être sérieuse.

Ce nouveau coup dur va-t-il encore modifier vos plans?

Inventer est le propre de ce métier. J’espère que Mathieu Debuchy sera opérationnel à Marseille. On l’a laissé à la maison pour ne pas prendre de risques. On essaie de trouver une nouveauté à chaque match. La malédiction est là et elle continue.

Quelles sont les satisfactions de la soirée ?
On a été solides puisqu'on n’a pas pris de but, on a eu la maîtrise technique au milieu. En première mi-temps, on n'a pas assez percuté dans les 30 derniers mètres. En deuxième mi-temps, on y a mis un peu plus de conviction. Si on avait mis les deux ou trois occasions qu’on a eues… On a 43 points à 12 matches de la fin du championnat, c’est bien. Hélas, la blessure de Gabriel Silva noircit le tableau.


On va jouer deux matches difficiles, contre l'OM à Marseille et face à Lille chez nous. Il faut maintenir notre rythme.

Comment jugez-vous l’apport de Youssef Aït Bennasser ?
C’est un bon joueur. Il n’est pas encore au top de sa forme. Mais, je pense que Yann M’Vila bonifie ses coéquipiers car il est simple à trouver. Les automatismes viennent un peu plus vite avec lui. Youssef a signé le 31 janvier. On ne crée pas des automatismes dans une chambre d’hôtel. En jouant tous les trois jours, c’est difficile. Il y a encore du travail à effectuer mais ce qu’il fait est positif. J’espère que Valentin Vada va revenir rapidement. Pour l’instant, on ne peut pas faire de rotation au milieu. C’est pourtant utile, notamment, quand on veut conserver un résultat.

Le sprint vers l’Europe est-il lancé ?
Il reste 12 matches. Entre la 4e et la 12e place, les équipes se tiennent. On ne peut pas dire que le sprint est lancé. On va jouer deux matches difficiles, contre l'OM à Marseille et face à Lille chez nous. Il faut maintenir notre rythme, bien jouer au foot en étant efficace pour prendre des points. Pour l’instant, avec 43 points, on est là. 

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :