Jean-Louis Gasset: “On a l'avantage de rejouer chez nous“

Jean-Louis Gasset: “On a l'avantage de rejouer chez nous“

Frustré d'avoir vu son équipe chuter face à Nîmes en Coupe de la Ligue, l'entraîneur stéphanois a hâte de retrouver le Chaudron où les Verts réussissent mieux qu'en déplacement.

Pros Mardi 27 Novembre 2018 à 21h59

Comment jugez-vous la prestation de votre équipe?
J'avais décidé de faire tourner mon effectif pour donner du temps de jeu à certains joueurs mais on a fait une première période catastrophique. En deuxième, avec les changements, on a eu la mainmise sur le jeu, on a marqué un but et on a eu deux ou trois occasions de plier le match mais on a toujours le même problème. Même avec quatre ou cinq joueurs offensifs, on ne réussit pas à faire la différence. On n'est donc pas à l'abri d'une égalisation à la dernière seconde.


Nîmes a eu plus de sang-froid que nous


Qu'avez-vous pensé des joueurs qui ont débuté la rencontre?
Je sais que cela a été difficile pour les joueurs que j'ai alignés d'entrée. Ils avaient une pression énorme sur les épaules. Ce sont des jeunes joueurs qui avaient la sensation de jouer le match de leur vie mais je m'attendais à un peu plus de confiance de leur part. On a trop paniqué, trop dégagé et, finalement, on n'a pas joué en première période. Le match se termine sur le même score qu'en championnat (1-1). Ensuite, les tirs au but, c'est la loterie. Nîmes a eu plus de sang-froid que nous.

Êtes-vous satisfait de l'apport des joueurs entrés en cours de match?
J'avais prévu de faire entrer Ole Selnaes à l'heure de jeu avec Wahbi Khazri et Rémy Cabella mais Assane Diousse a pris un carton jaune dès la 5e minute et ne parvenait pas à enchaîner les passes. Il n'était plus dans son match. Dès que Selnaes, Khazri et Cabella sont entrés, on a vu la différence. Alors c'est d'autant plus rageant de voir Nîmes égaliser à la dernière minute.

Comment allez-vous aborder la réception de Nantes dès vendredi?
On a l'avantage de rejouer chez nous. À Geoffroy-Guichard, on a remporté 5 victoires et obtenu 2 nuls. C'est à domicile qu'on réussit à être nous-mêmes. À l'extérieur, on a des creux, des absences, on recule comme on l'a fait à Lyon. Aujourd'hui, on a marqué et on a reculé. En quatre jours, on a vécu deux scenarios identiques. Il y avait la place de gagner mais à l'arrivée on se fait prendre. Il va falloir y remédier dès vendredi à la maison.

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :