Jean-Louis Gasset : “Entre famille et passion, j'ai choisi

Jean-Louis Gasset : “Entre famille et passion, j'ai choisi"

En conférence de presse, l'entraîneur des Verts a expliqué les raisons de son départ.

Pros Mardi 21 Mai 2019 à 18h17

Une décision réfléchie

“J’ai décidé de rentrer chez moi car ma mission est terminée. Cette mission s’est faite en deux temps. Après les six premiers mois, où il avait fallu sortir le club d’une situation délicate, je m’étais déjà posé la question car la mission qu’on m’avait fixée était accomplie. Mais le dernier match contre Lille m’a retourné. On avait failli être européens après avoir réussi une très belle série. Être acclamé par ce public m’a poussé à faire une année supplémentaire pour amener Saint-Étienne en Europe. Voir ces gens qui vous acclement, c'est magnifique. Cette deuxième mission n’a pas été facile mais on a tenu le cap avec 15 pros et les jeunes de la Gambardella. Malgré les pépins physiques, le VAR et un effectif réduit, on a fini à la 4e place et on s’est qualifiés pour l’Europe.  En championnat, seule la 4e place était qualificative pour l'UEFA Europa League. L’objectif est atteint et la deuxième mission, remplie. Je finis rincé.“


Un choix familial mais... difficile

“Je n'ai plus l'énergie. J'ai besoin de repos, de recul et de voir ma famille. Personne ne peut lutter contre ma famille. La pression à Saint-Étienne est très forte. Par son histoire, l’ASSE est un club que tout le monde veut voir parmi les plus grandes équipes du championnat. Je pense qu’en finissant 4e on a fait une excellente saison mais ma décision est prise. Quand on arrive à un âge mûr, on doit choisir parmi ses priorités. Entre ma famille et ma passion, j’ai choisi ma famille. Malgré tout , cette décision est difficile à annoncer parce qu’on est dans l’émotion. Samedi, après le match, je n’ai pas voulu faire un contre-évènement qui aurait plombé le moment magnifique qu’on était en train de vivre. Ce tour d’honneur devant des tribunes pleines de gens heureux était tout simplement magique. Aujourd’hui, je vois des gens touchés qui me demandent de rester mais dans quelques temps, quand je me retournerai je pourrai me dire que je les ai rendus heureux et fiers. Quand on est au milieu de la pelouse face à un kop, c'est le frisson total."


A Saint-Étienne comme à Montpellier

"J'avais déjà pris une telle décision avec Louis et Laurent Nicollin quand j'avais entraîné Montpellier. Ils m'avaient téléphoné alors que je venais de subir un deuil. Je n'étais pas en état d'entraîner. J'avais fait cette mission parce que c'est mon club. Au bout de cinq mois et malgré les deux années de contrat qu'il me restait, j'avais dit: "J"arrête". J'avais passé tout l'été avec ma famille et mes petits-enfants dans la piscine.  Il m'avait fallu quelques mois pour me ressourcer, jusqu'à ce que le président Roland Romeyer m'appelle pour venir à Saint-Étienne. Plus vous avancez dans l'âge, plus vous mettez de temps pour récupérer. J'ai lu qu'on ne s'entendait pas trop avec le Président Roland Romeyer, mais nos relations ont été normales avec quelques frictions logiques comme dans tous les clubs. C'est partout pareil. Les présidents connaissent les limites de la bourse et nous les entraîneurs, on ne pense qu'au terrain. Le tout est d'arriver à trouver un équilibre entre les moyens et ce qui est réalisable."


Une aventure collective inoubliable

“Je remercie mes joueurs. Ce sont des gladiateurs, des hommes avant tout. Je remercie aussi Ghislain Printant, Julien Sablé, Fabrice Grange, tout le staff. Je remercie aussi ce public qui nous a bouleversés. Quand on est en tribunes, c’est fort mais quand vous êtes au milieu, sur la pelouse, vous avez la chair de poule. C’est extraordinaire ! Ces moments resteront gravés à vie. Grâce à tous ces acteurs, on a mis Saint-Étienne là où il doit être.“

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :