#ASSERÉTRO Musée des Verts Jeudi 19 Mars 2020 à 09h44

Il y a quatre ans, les Verts surclassaient Montpellier

Le 19 mars 2016, l’AS Saint-Étienne finissait par l’emporter largement face aux joueurs de la Paillade (3-0) grâce à des remplaçants décisifs.

19 mars 2016. Le printemps est tout près. Comme les Verts d’une quatrième participation consécutive à la Coupe d’Europe mais ils ne le savent pas encore. Huitièmes au coup d’envoi de cette 31e journée de Ligue 1 Conforama, les Stéphanois sont face au spectre d’une fin de saison sans saveur. Sevrés de succès depuis cinq matches (3N, 2D) en championnat, ils viennent aussi de quitter l’UEFA Europa League en seizièmes de finale contre Bâle (3-2 ; 2-1) et la Coupe de France en quarts de finale aux dépens du Paris SG (1-3).


La réception du Montpellier HSC de Ryad Boudebouz et Bryan Dabo apparaît déjà comme un tournant. Vaincre pour continuer d’espérer un fauteuil européen ou perdre contact avec le wagon de tête. Si le premier acte ne met qu’en valeur que Stéphane Ruffier sur une claquette décisive et son homologue héraultais sur un tir de Kevin Monnet-Paquet, la seconde période est de toute autre facture.


Nolan Roux et Valentin Eysseric, entrés en cours de rencontre, se montrent décisifs pour les Ligériens. Il faut, en tout et pour tout, dix minutes aux deux remplaçants pour faire basculer la rencontre en faveur des Verts. L’actuel Nîmois ouvre la marque (74e) et offre le deuxième but à Oussama Tanane (80e), avant que Valentin Eysseric ne se joigne à la fête (84e) avec une troisième banderille qui scelle l’issue finale.


Cette victoire relance les Verts puisqu’ils aligneront ensuite quatre succès consécutifs qui les placeront au pied du podium à deux journées du terme. Les deux revers concédés en fin d’exercice n’y changeront rien, l’AS Saint-Étienne (6e) disputera une quatrième campagne européenne de rang.




Expériences ASSE

Palmarès