Pros Mardi 24 Septembre 2019 à 16h31

Ghislain Printant : "Je crois en ce groupe"

L’entraîneur stéphanois est déterminé à redresser la situation. Pour lui, la victoire est l’unique objectif avant la réception du FC Metz.

Comment avez-vous préparé ce match ?

En restant fixé sur l’objectif de demain (mercredi). La situation est ce qu’elle est et on est les premiers responsables. On doit s'en sortir solidairement, ensemble. On sait que l’on est passé à côté de pas mal de choses. Dans nos matches, on n’a jamais fait preuve de constance. Demain, la victoire est capitale pour le club.


Comment vivez-vous personnellement cette situation ?

Je suis l’entraîneur de l’AS Saint-Étienne. Dans ma vie, je n’ai jamais baissé les bras. Il a toujours fallu que je prouve, que je travaille. On peut m’accorder pas mal de défauts mais j’essaie d’insuffler cet esprit-là à mon groupe. Je ne fuis pas mes responsabilités, que ce soit devant mes dirigeants, la presse, ou les supporters. J’ai toujours assumé. Je suis en première ligne et c’est normal. Ce qui compte le plus, ce sont mes joueurs. Quand je parle avec eux, je sens un groupe réceptif.  Mais j'attends des actes forts sur le terrain. Je veux gagner. Et on va gagner. Je crois en cette équipe. Je ferai tout pour que ces garçons-là retrouvent le chemin de la victoire.


Prendre les trois points mercredi est la seule chose qui compte.


Sentez-vous le soutien de votre groupe ?

Je le sens dans le travail, dans l’écoute. Maintenant, il faut que cela se traduise par des résultats. Le football appelle des résultats. Aujourd’hui, ils ne sont pas là. Dimanche dernier, à Angers, j’ai entendu la colère de nos supporters qui est légitime. Je suis malheureux pour eux. J’ai ensuite pris la parole. J’ai montré à mon groupe que j’étais capable d’assumer. Le chef doit être plus fort que ses troupes. Je ferai tout, avec mon staff, pour que ces garçons puissent reconquérir le public. Les supporters, même déçus, seront derrière nous. Ils savent que l’on a besoin d’eux. Quelle que soit la forme, allons chercher une victoire.


Vous a-t-on demandé de partir ?

Non ! J’ai eu un entretien avec Roland Romeyer. Ce qu’on s’est dit reste entre lui et moi. Il faut faire abstraction de tout ce qui peut s’écrire.


Etes-vous blessé par les critiques ?

Je les accepte fort logiquement. Qu’on tape sur moi ne me dérange pas. La fonction veut ça. J’assume. Après, il faut rester dans quelque chose de correct et qu’on ne soit pas dans l’acharnement. Tout à l’heure, nous avons une séance. Nous allons travailler et bien préparer le match de mercredi. J’espère qu'on répondra présent, pour nos supporters et pour notre club. Prendre les trois points est la seule chose qui compte.

Expériences ASSE

Palmarès