Ghislain Printant :

Ghislain Printant : "Avec des valeurs qui nous ressemblent"

Victorieux pour sa première à la tête de l’ASSE, le technicien stéphanois a apprécié les qualités de combat dont ont fait preuve ses hommes pour venir à bout de Dijon.

Pros Samedi 10 Août 2019 à 22h35

Quelle est votre première réaction après ce succès ?

Lors de ma causerie, en présentant le match à mes joueurs, j’avais pressenti un scénario similaire à celui que l’on a vécu ce soir (samedi soir). J’avais demandé à ce que, d’entrée de jeu, on s’impose physiquement, qu’on puisse mettre de la verticalité dans notre jeu. Et c’est ce qui s’est produit. En plus, on y a mis de l’efficacité. D’où mon choix de mettre d’entrée une équipe loin d’être prête.

Qu’avez-vous précisément demandé à vos joueurs ?
Je leur ai dit qu’avec le talent et l’expérience, on pourrait obtenir quelque chose. On a souvent confondu vitesse et précipitation. Dans le même temps, Dijon nous a posé des problèmes. Mais mon équipe m’a agréablement surpris car, face à l’adversité et le pilonnage de ballons devant notre but, elle a su résister. On est satisfaits d’avoir pris les trois points grâce à des valeurs de courage et d’abnégation qui ressemblent à l’ASSE.


J'ai demandé à Wahbi de donner tout ce qu'il avait. Je ne regrette pas mon choix.

Quel bilan faîtes-vous de votre première rencontre de championnat à la tête de l’ASSE ?

J’ai été content pendant les trente dernières minutes car on a récupéré les ballons haut et on a su se projeter. À la mi-temps, j’ai demandé aux garçons plus de patience. Sur des situations de contre, on avait la possibilité de faire le break. Stéphane a fait son métier dans le but quand Dijon cherchait à revenir. Il reste beaucoup de travail, je l’avais dit avant le match. Gagner dans ces conditions-là est encourageant pour la suite.


Pourquoi avoir titularisé Wahbi Khazri, revenu à Saint-Étienne plus tard que ses coéquipiers?

C’était loin d’être une évidence, c’était plutôt un pari. J’ai confiance en mes joueurs. J’avais demandé à Wahbi de se préparer durant sa dernière semaine. Je lui avais dit qu’on irait sur 45 ou 50 minutes et je lui ai demandé de donner tout ce qu’il avait. Je ne regrette pas mon choix.

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :