#ASSEFCGB Pros Dimanche 08 Mars 2020 à 13h20

Faustine Digonnet, option retweet

À l'occasion du 8 mars, Maillot Vert vous dresse le portrait de femmes de valeurs qui, chacune dans leur domaine, participe au rayonnement de leur condition. Focus sur Faustine Digonnet, jeune stéphanoise de 21 ans, qui conjugue deux passions dans sa vie de tous les jours : l'ASSE et le journalisme.

Des 280 caractères qu’autorise Twitter, il y en a un qui ressort plus qu’un autre : le sien. Une chance pour cette jeune Stéphanoise de 21 ans, actuellement élève au sein d’une école privée de journalisme à Paris. Avec 7000 followers sur Twitter, un réseau qui ne laisse parfois pas beaucoup de place à l’erreur, il faut souvent du cran pour remballer les critiques. Il faut dire que le bonnet tendance de la jeune femme cache une tête bien remplie. Presque parée à tout. Pas une question ne l’effraie, pas plus qu’un commentaire négatif. «Ceux qui me rabaissent car je suis une femme ? Je leur réponds au second degré ou je leur demande de m’expliquer ce que je ne comprends pas selon eux. Je n’ai généralement pas de réponse derrière cela.» Le tout est dit dans un sourire, caractérisant celles qui ne se laissent pas impressionner par la bassesse. 


J’aime l’ASSE, je pense qu’on ne me changera pas


Faustine est tombée dans le Chaudron quand elle était petite. Habitée par une passion, animée par l’envie de la partager, elle a rapidement sauté le pas, en même temps que la main-courante. Des U13 jusqu’en U19, elle porte le maillot de l’ASSE au sein de la section féminine, elle la supportrice surnommée «L’encyclopédie» par ses partenaires. «On me chambrait sur ma connaissance de l’ASSE. Quand on jouait en même temps que les pros, il m’arrivait de demander aux personnes autour de moi quel était le score.» Défenseure dans l’âme, la Stéphanoise ne s’éternise pas sur le rectangle vert. Et prend du recul pour mieux l’évoquer stylo en main. «Très tôt, j’ai eu l’envie de me tourner le journalisme», explique cette mordue de l’info, que l’on peut lire sur le site EVECT et entendre sur les ondes de France Bleu Saint-Étienne Loire.

Car, bien que vivant désormais en région parisienne, la Stéphanoise n’est jamais bien loin de son équipe de cœur. Elle aime le maillot Vert qu’il soit porté par les professionnels ou les jeunes de la formation. Chaque week-end, Faustine fait son possible pour suivre tous les matches du club. «En moyenne, ce sont trois rencontres entre le samedi et le dimanche», décrit celle qui, en plus d’écrire, s’exerce également à la photo sportive. D’un naturel réservé, Faustine confesse que le ballon rond la change. Vivant les rencontres intensément, elle avoue «soûler les personnes dans les parages qui, d’un coup, observent un changement.» La passion ne laissant pas de place à la tiédeur, il ne faut pas s’étonner en déroulant son profil Twitter. Même émotive, la jeune femme sait frapper fort, parfois là où ça fait mal, mais toujours avec beaucoup d’amour au bout des phalanges. «J’aime l’ASSE, je pense qu’on ne me changera pas.» Ça tombe bien, on n’en avait pas l’intention.

Expériences ASSE

Palmarès