#RCSAASSE Pros Dimanche 17 Oct. 2021 à 18h11

Claude Puel : “Il faut toujours y croire”

Le Manager général de l'ASSE a expliqué la déroute de son équipe en Alsace (5-1).

Quel est votre sentiment après cette lourde défaite ?
Je suis frustré pour mes joueurs. Ils font un gros boulot au quotidien, dans leur concentration, leur implication. On est bien entrés dans le match et, avec une bonne maîtrise, on a réussi à prendre le dessus sur l’adversaire. On récupérait des ballons intéressants, on provoquait également beaucoup de coups de pied arrêtés. Il ne nous a manqué finalement que l’ouverture du score pour prendre le dessus définitivement. Ça aurait changé la physionomie du match. Ensuite, c’est le scénario catastrophe qui débute, avec un premier but pour Strasbourg, puis un nouveau but contre notre camp sur lequel on perd notre gardien mais aussi sur lequel Timothée Kolodziejczak se blesse. Il y a ensuite l’expulsion sévère de Zaydou Youssouf, puis une faute sur Arnaud Nordin dans la surface qui aurait peut-être mérité plus qu’un simple avertissement puisque l’intégrité physique de mon joueur est en jeu. On est revenu à 2-1 malgré tout et contre tout. Ça démontre le caractère du groupe qui n’abdique pas. En seconde période, on a essayé de compenser l’infériorité numérique par une grosse débauche d’énergie, par un pressing constant et des récupérations hautes. Mais le troisième but nous a mis un coup derrière la tête. C’était beaucoup plus compliqué ensuite.


Aujourd’hui, ça n’a pas tourné en notre faveur. Les vents sont contraires et pourtant, il faut avancer.


Quel est l’état d’esprit des troupes ?
Ce sont des périodes difficiles, pour les joueurs, pour le club, pour les supporters. Il ne faut pas baisser la tête, la garder haute, bien préparer le match suivant. On corrigera ce qui doit être corrigé mais c’est un tout, il faut aller de l’avant. On avait fait un gros match tous ensemble dans le Derby. Aujourd’hui, ça n’a pas tourné en notre faveur. Les vents sont contraires et pourtant, il faut avancer.

Quelles solutions s’offraient à vous sur le banc ?
Quand il arrive un fait de jeu, je réfléchis à la manière dont il faut aider l’équipe. Il faut avoir des intentions de jeu, être dans l’action. Un match peut tellement vite basculer… On se doit de tenir notre ligne. La rencontre n’est jamais terminée tant que le coup de sifflet n’est pas donné. On a donc essayé de bouger les lignes, de faire entrer du sang neuf. Il faut toujours y croire, toujours. La saison est longue.

Y a-t-il un remède miracle ?
Je veux être auprès de mes joueurs, pour remonter le moral des troupes. Ils en bavent, mon staff aussi. Il n’y a pas beaucoup de mots à trouver immédiatement dans le vestiaire parce que la frustration est grande. Si on est frustrés, c’est qu’on s’est donné les moyens de gagner le match, dans la préparation et dans l’exécution et que malheureusement, ça n’a pas marché.

Une partie des supporters qui avaient fait le déplacement en Alsace s’en est allée avant la fin de la rencontre…
On a besoin d’eux pour évoluer dans un environnement favorable. Il y a des joueurs qui découvrent cette situation. Certains supporters sont venus rencontrer les joueurs cette semaine : ils sont conscients qu’ils donnent le maximum, qu’ils essayent de progresser et que personne ne triche.

Fil infos

Palmarès

Logo ZEbet
Logo le coq sportif
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire