Claude Puel :

Claude Puel : "Le plus important, c'est l'état d'esprit"

Pour son premier match à la tête de l’ASSE, le nouvel entraîneur dirigera ses hommes lors du 119e Derby de l'histoire. Malgré le peu de recul dont il jouit et les absences de plusieurs joueurs, il veut voir son équipe déterminée à aller au combat.

Pros Samedi 05 Octobre 2019 à 21h01

Comment s’est déroulée la première séance avec votre nouvelle équipe ?
J’effectue toujours un premier contact avec du ballon. Le message passe mieux avec. C’était une reprise douce pour certains car beaucoup de joueurs enchaînent des matches. L’adversaire aura un jour de plus de récupération. Il faut gérer des corps sollicités. On a travaillé à base de technique, de jeu, des choses un peu ludiques. On rentrera dans le vif du sujet dimanche matin. Je n’ai pas voulu leur prendre la tête aujourd’hui (samedi). Il n’y aura pas de choses miraculeuses. Je ne veux pas tout chambouler en quelques heures.


Comment appréhendez-vous ce premier Derby en Vert ?
Un derby est toujours spécial. Il y a beaucoup d’attente et d’engouement. C’est un match qui n’est pas évident à préparer. Les joueurs enchaînent les matches. Or on va affronter une équipe qui a la particularité de changer de système et peut faire une rotation importante au sein de son effectif. Ce sera certainement le cas dimanche. Avoir un jour de plus de récupération est énorme. On a pas mal de petits problèmes, pas mal de joueurs indisponibles, et non des moindres. On n’a plus de latéraux, par exemple. Il faudra trouver des solutions. Le seul avantage c’est que c’est un derby. Pour ce genre de matches, on oublie la fatigue.


Dans quel état d’esprit avez-vous trouvé vos joueurs lors des derniers matches ?
À Nîmes, j’ai vu une équipe solidaire, qui a été en difficulté, en manque de confiance, mais qui a rapporté trois points très précieux. Dans cette situation, c’était important. Jeudi, l’équipe était cohérente, avec plus d’intensité dans le jeu, plus de relation entre les joueurs et moins de déchets techniques. C'est une base sur laquelle on doit continuer.


Ici, on sent une ferveur, un bruit de fond. Pour les joueurs, c’est énorme.

Le contexte sera-t-il particulier pour vous ?
Il n’y a pas de contexte particulier pour moi. Je ne fonctionne pas comme cela. Je prépare toujours mon équipe pour de bonnes raisons. J’ai été intronisé hier vendredi. Bien sûr, je n’ai pas de recul, je ne connais pas encore bien tous mes joueurs. Je vais les accompagner, essayer de les aider. Je partagerai les difficultés du moment avec eux sur ce match. Pour, ensemble, aller chercher quelque chose. Si ça enlève de la pression à mes joueurs, alors tant mieux. Ce n’est pas anticipé, ni préparé de la sorte. C’est une prise de fonctions sans recul, très vite réalisée, mais elle ne s’arrête pas au Derby. Je connais l’importance de ce match. Là où on ne peut pas être pris à défaut c’est sur les ingrédients et l’état d’esprit à mettre.


Comment se sont déroulées vos premières heures à l’ASSE ?
La journée d’hier (vendredi) était déjà très rythmée. J’ai rencontré mon staff, fait le point avec le médecin. L’important était de ne pas trop se perdre avec une somme d’informations. Je rencontrerai beaucoup de monde individuellement la semaine prochaine pendant la trêve internationale. L’objectif est de mettre toutes nos forces ensemble pour aborder au mieux ce match. C’est une situation particulière, oui, mais je suis déterminé à ce qu’on le remporte. C’est un saut d’obstacles, un saut de haies. À nous de faire qu’elles soient les plus petites possibles. Je suis persuadé qu’on sera prêts demain (dimanche).


Vous aurez l’avantage de jouer ce Derby devant vos supporters.

C’est un 12e homme dont on aura bien besoin. Je l’ai perçu jeudi soir quand l’équipe arrivait à mettre de l’intensité. Le public peut être extraordinaire. On sent une ferveur, un bruit de fond. Pour les joueurs, c’est énorme.

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :