#MHSCASSE Pros Vendredi 30 Avril 2021 à 16h15

Claude Puel : "J'attends plus de constance"

Alors que les Verts se déplacent ce dimanche (17h05) à Montpellier, le Manager général des Verts a fixé un nouvel objectif à son équipe qui doit également assurer son maintien.

Comment expliquez-vous le manque de constance dont a fait preuve l’ASSE face à Brest (1-2) ?

On a joué en dents de scie. Après une bonne entame, on a été absents en fin de première période et au début de la seconde. Puis on est revenus dans le coup avant de baisser, à nouveau, de rythme. Physiquement, on a connu des coupures très importantes. On a failli sur la durée et laissé trop de libertés à nos adversaires. On ne peut pas descendre sous un certain niveau.


Les victoires obtenues face à Nîmes (2-0) et Bordeaux (4-1) ont-elles provoqué une forme de décompression inconsciente ?

Peut-être. À Lorient (1-2) ou à la maison face à Nîmes (2-2) on avait déjà connu ce genre de scénario. On a eu des opportunités de doubler la mise qu'on n'a pas su saisir. Au-delà de la nécessité de prendre des points, j'attends plus de constance de mon équipe. Il faut qu'elle reste bien concentrée sur son jeu durant tout le match.


Regrettez-vous d’avoir perdu un total de 22 points après avoir mené au score ?

Notre gestion tactique n'est pas bonne. On perd en maîtrise, en intensité. Lorsqu’on prend l'avantage, on se doit d'enchaîner sans concéder d'occasions. Ce sont des réflexes qu’on doit acquérir. Dans ce secteur, on doit passer des paliers, doubler la mise et capitaliser sur cet avantage.


En fait, il n'y a pas de ventre mou. Tout le monde joue quelque chose. La notion domicile-extérieur n'existe plus vraiment. 

Un succès face à Brest aurait permis à l'ASSE de revenir à cinq longueurs du 8e de Ligue 1 Uber Eats, Montpellier. Que vous inspire ce classement si compact ?

On vit une saison particulière. Toutes les équipes ont connu des passages à vide.  Même Paris a subi plus de défaites que les années précédentes.. En fait, il n'y a pas de ventre mou et cela donne un championnat passionnant. Tout le monde joue quelque chose. La notion domicile-extérieur n'existe plus vraiment. On a vraiment vécu une saison dingue. Pourtant, en dépit de toutes les difficultés qu’on a rencontrées, on a tenté de conserver une ligne de conduite, un cap : le maintien tout en préparant l'avenir. Dans un environnement critique et instable, on doit travailler pour le futur. On a l'obligation de développer de jeunes joueurs.


Justement, que pensez-vous de l'évolution d'Adil Aouchiche, qui va vous succéder en conférence de presse ?

Adil progresse à son rythme. Il apprend. Il a performé chez les jeunes à un très haut niveau mais il doit passer un cap. Le foot adulte demande de la densité physique, de la prise d'initiative, une remise en question, une attitude lors des séances et une gestion de l'environnement. On doit l'accompagner. Je ne vois pas beaucoup de joueurs de 18 ans avoir autant de temps de jeu, être aussi décisifs et avoir la même réflexion sur le jeu. Il faut lui accorder le droit de faire des erreurs mais les lui signaler. On ne doit pas brûler les étapes. Son potentiel est intéressant comme celui de bon nombre de nos jeunes joueurs. Il faut les aider, s'intéresser à la façon dont ils se construisent et juger leur faculté à ne pas lâcher, à réagir lorsqu'ils sont dans le dur. On ne doit être ni trop dithyrambiques ni trop critiques à leur égard.


Quel regard portez-vous sur le projet d’une Ligue 1 à 18 clubs ?

Il est regrettable, par exemple, que les entraîneurs n'aient pas été consultés. Je peux vous assurer que la majorité est contre. Il s'agit d'un passage en force voulu par un média et certains clubs qui ont une vision à court terme et veulent se partager le gâteau. A-t-on seulement songé à la Ligue 2 ou à une refonte du National avec des réserves pros ? Ce projet m'embête profondément d'autant qu'il ne nous permettra pas de rivaliser avec les quatre autres ligues majeures. Chacun œuvre en catimini, réagit de son côté, sans vision périphérique. Je n'entends ni la Fédération française de football,  ni la Direction technique nationale, ni le syndicat des joueurs (UNFP).  Tout ceci n'est pas constructif pour notre football. Je prône des états généraux auxquels prendraient part toutes les familles du football. Là, je ne vois rien...  




Fil infos

Palmarès

Logo AESIO Mutuelle
Logo le coq sportif
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire
Logo partenaire