Pros Pros Mercredi 24 Juin 2020 à 15h50

Claude Puel : "Il faut constamment s'adapter"

Le manager général de l’ASSE s’est exprimé pour la première fois depuis la reprise de l'entraînement et a fait le point sur le début de la préparation de ses hommes. En dessinant les contours du premier objectif de la saison face au PSG, en finale de la Coupe de France.

Comment avez-vous géré le confinement de vos joueurs ?

On a essayé de rester proches d'eux, de les accompagner. Au départ, on ne savait pas quand aurait lieu la reprise, si jamais elle avait lieu. Chacun s’est entretenu physiquement. Avec le staff, on a pris régulièrement de leurs nouvelles. Il n'était pas évident de gérer une telle situation pour des sportifs de haut niveau dans la mesure où ils étaient toujours dans l’attente. Il y avait beaucoup de problématiques, beaucoup de cas différents mais aussi beaucoup d’interrogations liées à la pandémie elle-même. On s'est adapté aux événements.


Quelles étaient ces interrogations ?

Une info sortait un jour, puis était démentie le lendemain. Rien n’est évident en période de pandémie mais je pense qu’on a ajouté pas mal de discordances et d’interrogations à cette crise. Joueurs et entraîneurs n'ont pas du tout été considérés. Je le déplore. On aurait pu être mieux associés aux interrogations et aux propositions. On a subi pas mal de choses.


Les cas de COVID détectés lors de la reprise de l'entraînement ont-ils eu un impact sur votre première semaine de travail ?

Très en amont, on avait mis en place un protocole piloté par Samuel Rustem afin de réfléchir à toutes les mesures sanitaires à mettre en place. Les choses ont été faites très sérieusement. Avant de pouvoir entrer au sein du centre lors la reprise, tout le monde a été testé. C’est comme ça que les cas ont été révélés. Fort heureusement, ils n’étaient pas contagieux. On a été très professionnels là-dessus. Aujourd'hui, chacun continue à respecter les règles de vie quotidiennes, joueurs, staff et salariés. C’est drastique, assez particulier, mais il faut être à cheval là-dessus. Ce protocole fait partie de notre reprise.


On a retrouvé des joueurs frais mentalement et qui manifestent une grande envie de s'entraîner. 


Dans quel état mental et physique sont vos joueurs depuis la reprise ?
On a retrouvé des joueurs frais mentalement et qui manifestent une grande envie de s'entraîner. Il y a de l’assiduité, du plaisir, même pour les séances axées sur le physique. C’est de bon augure. Au niveau de la préparation, c’est disparate. Certains ont pu s’entraîner et rester en bonne forme, voire même se développer individuellement. D’autres sont en dette. Il y a eu quelques prises de poids, dues à la difficulté de trouver des lieux pour faire du sport. On a effectué pas mal d’examens pour les situer, tout en les interrogeant tout au long du confinement. Les tests ont permis d’établir des groupes d'entraînement pour que les joueurs assimilent mieux le travail de reprise et évitent les pépins. L’objectif est de monter graduellement en puissance afin d’être prêt pour la finale, un match couperet.


Le fait de préparer une finale dans ces conditions est-il handicapant ?

Ce qui est bizarre, c’est que ce sera notre premier match officiel ! Les instances ont insisté pour que ce soit le cas. Pour les acteurs, ce sera un peu à pile ou face car on ne sait pas dans quel état de forme on pourra jouer ce match. C’est le flou complet. On essaie de rester professionnels malgré les difficultés. C’est un scénario assez inédit. Même si la date du 24 juillet est confirmée au Stade de France, on ne sait pas encore si on pourra s’entraîner la veille là-bas. Petit à petit, on a des réponses. Il faut constamment s'adapter. Je regrette déjà que nos supporters ne puissent pas nous accompagner. Ils sont là au quotidien... On a besoin d'eux et d'un environnement populaire propice au dépassement de soi.


Qu’en sera-t-il des joueurs qui terminent leur contrat à la fin du mois ?

La particularité de cette situation, c’est de finir une saison au-delà du 30 juin avec des joueurs en fin de contrat, mais aussi des joueurs suspendus durant le championnat qui devront purger leur suspension lors de la finale, ce que je trouve dommage. Je regrette très fortement qu’on n’ait pas considéré ces cas comme exceptionnels. Après une telle coupure, pour moi, ça l’était. En ce qui concerne les joueurs en fin de contrat, on fera le point dans les prochains jours mais chaque cas est différent. Loïc (Perrin) a repris avec nous, on verra très bientôt si on a la possibilité de prolonger son contrat afin qu’il joue la finale de la Coupe de France. On a également proposé cette possibité à Yohan Cabaye. William Saliba participe avec grand plaisir à quelques entraînements avec nous, en espérant plus si affinités (sourire).



(concernant la situation de Loïc Perrin) Certains ont essayé de créer un débat entre le Président Roland Romeyer et moi-même. Pourtant, on a toujours été sur la même longueur d’ondes. 


Loïc Perrin constitue-t-il un cas à part ?
Certains ont essayé de créer un débat entre le Président Roland Romeyer et moi-même. Pourtant, on a toujours été sur la même longueur d’ondes. Loïc devait entamer sa reconversion au sein du club après avoir disputé son tout dernier match. Puis la pandémie est survenue alors qu’il s’était blessé. Il a manifesté l’envie de ne pas finir de cette manière l’énorme carrière qu’il a eue dans ce club. On l’a écouté mais on ne lui a rien promis. On lui a dit qu’on regarderait comment s’orchestrerait le groupe et qu’on aurait une réflexion sur une prolongation. Aucune décision n’a été prise. On a simplement anticipé en lui proposant de reprendre avec le groupe, puis d'envisager une prolongation jusqu' à la finale de Coupe de France. Cette étape ne laisse rien présager de son futur. Après une blessure, Loïc est une phase de reprise avec l’objectif Coupe de France en ligne de mire. Après la finale, on refera un point.


Quels sont vos désirs en termes d’arrivées et de départs ?

On a un groupe très fourni en nombre. Je l’avais signalé quand je suis arrivé. Il faut trouver des solutions, d’autant plus qu’il y a des déséquilibres dans l’effectif selon les postes. Il nous faut réduire ce groupe pour le bien de tous, les clubs comme les joueurs. C’est important pour l’harmonie générale. Ce sera notre gros travail durant l’été. Une nouvelle fois, c’est beaucoup d’adaptation, d’interrogations. Il y a beaucoup de choses inédites sur lesquelles on doit plancher quotidiennement avec le Directeur Général et les Présidents. On est constamment dans la réaction, ce que je n’aime pas trop car je suis de nature à prévoir les choses.


Des départs sont donc à prévoir...

J’aime rester pragmatique. On a un effectif très conséquent mais également une masse salariale conséquente. La priorité, c’est de réduire et d’équilibrer le groupe tout en le gardant compétitif. Ce qui est sûr, c'est qu'on n’aura aucune marge pour être présents sur le mercato comme les années précédentes. Le club est obligé de s’inscrire dans une autre politique. Dans ce cadre, on se devra d'être ambitieux. Jean-Philippe Krasso et Setigui Karamoko nous ont rejoints. Ils ont du potentiel et n’ont pas coûté grand-chose. D'autres dossiers sont en cours. Pour le moment, je parle seulement des joueurs qui sont avec nous, ceux dont la venue est actée.


Avez-vous arrêté votre choix concernant le poste de gardien de but ?

Jessy Moulin sera titulaire la saison prochaine. Je lui ai confirmé. À lui comme à Stéphane Ruffier. J’étais satisfait du travail de Jessy avant le confinement.

Expériences ASSE

Palmarès