#ASSEOGCN Pros Samedi 17 Oct. 2020 à 15h20

Claude Puel : "Il faudra être acteur"

Le Manager général de l’ASSE veut rebondir face à l’OGC Nice et est déterminé à faire progresser son groupe pour les échéances futures.

Panagiotis Retsos, que vous avez recruté en fin de mercato, a rejoint le groupe cette semaine. Quel regard portez-vous sur lui ?
C’est un jeune joueur de 22 ans mais qui a déjà de l’expérience. Il est polyvalent même si son poste préféré est celui de défenseur central. Il possède une facilité technique qui lui permet de s’adapter à différents postes. C’est quelqu’un de très ouvert, qui veut s’acclimater rapidement. Dès lundi, il va entamer des cours de français. Les premières impressions le concernant sont très bonnes.


Le mercato vous laisse-t-il des regrets ?
Il n’y a pas de regret particulier à avoir. Il faut regarder devant. On a un groupe à disposition qui va donner le meilleur de lui-même. Il a déjà montré de très bonnes choses depuis le début de la saison. Parfois, il vaut mieux ne pas être acteur que de faire des bêtises dans l’urgence. Là, au moins, on est sûrs qu’on n’a pas fait de bêtise. On a étudié plusieurs pistes mais on n’avait pas les moyens de concrétiser.  C'est pour cette raison qu'on s’est appliqués à développer des polyvalences dans le groupe. Par exemple, Yvann Maçon a été placé à gauche alors qu’il est latéral droit de formation. Avec un certain bonheur vu qu’il a été sélectionné avec les Espoirs. 


Des quatre joueurs qui ont démarré la saison en défense, aucun ne sera là dimanche. Je compte sur les présents. L’essentiel est que ce groupe vive.


Comment rebondir face à Nice ce dimanche ?

On a très bien débuté, en remportant nos trois premiers matches. On était sur le même tempo à Nantes mais on n’avait plus d’essence pour garder le résultat. Nos deux dernières rencontres n’ont pas été du même niveau pour différentes raisons. Dès qu’on a été moins agressifs et concentrés on l’a payé cash. Lens en a voulu plus que nous même si le scénario du match nous a été contraire. On n’a pas eu l’investissement et l’attitude souhaités. Ce sont des rappels à l'ordre avec des enseignements à tirer pour les prochains matches. Contre Nice, j’attends de retrouve de l’allant et de ne pas subir. Il faudra être acteur.


Comment jugez-vous l’OGC Nice ?

Il y a un fossé financier entre les deux clubs. Mais, je suis content de mon groupe et je sais qu’on a de la qualité. On l’a déjà montré. Il est toujours intéressant de se situer face à une équipe niçoise qui a changé de dimension économique. Des quatre joueurs qui ont démarré la saison en défense, aucun ne sera là dimanche. Je compte sur les présents. L’essentiel est que ce groupe vive. Il y a des blessés, des suspendus, pas mal de pépins. Malgré tout, je pense qu’on a des atouts à faire valoir. On s'adapte aux aléas et au contexte si particulier lié à la crise sanitaire. Le football est un jeu par excellence. Les joueurs sont bien évidemment concernés par l'environnement et ce qui se passe autour d'eux. Mais dès qu'ils sont sur le terrain, ils sont animés par une envie débordante de jouer de progresser. Cet état d'esprit est le moteur de notre équipe.


Vous avez fait partie de la construction récente du projet niçois.

Chaque entraîneur contribue au développement d’un club quand il y travaille. Quand je suis arrivé, on est partis d’une feuille blanche. L’équipe avait alors un jeu direct basé sur les seconds ballons. Le club était interdit de recrutement à titre onéreux. Avec des joueurs de divisions inférieures, on a développé pas mal de choses et on a pris un tournant technique dès mon arrivée. Nice continue sur cette lignée. Le club a des moyens et investit sur des jeunes de qualité qu’il va faire grandir. Les entraîneurs recrutés depuis mon départ font jouer l'équipe en laissant une grande place à la technique. Patrick (Vieira) répond parfaitement au profil.

Fil infos

Expériences ASSE

Palmarès