RÉTRO 2019 Pros Dimanche 29 Décembre 2019 à 20h39

Arnaud Nordin: " Les coéquipiers deviennent presque des frères"

A l'aube de la nouvelle année, lisez ou relisez les grands portraits parus ces derniers mois dans Maillot Vert, le programme officiel du club. Buteur et passeur lors de ses deux premiers matches avec l’équipe de France Espoirs, Arnaud Nordin illustre la réussite de la formation stéphanoise au plus haut niveau. 

SES DÉBUTS RÉUSSIS EN ESPOIRS

"Ce que j’ai vécu pour une première sélection en équipe de France Espoirs, c’est incroyable. Marquer un but sur son premier match et être passeur décisif sur le deuxième, tout en remportant les deux rencontres, il ne pouvait pas y avoir mieux pour commencer. Ça me donne envie de revivre très vite les mêmes émotions. Jouer avec le Coq sur la poitrine, c’est quelque chose de fort. Être appelé en sélection, c’est une fierté et porter le maillot de l’équipe de France est un honneur. Ça te donne l’impression d’entrer dans une caste de joueurs à part, celle des joueurs à fort potentiel. Alors, même si je n’avais plus été appelé depuis la catégorie U19 après avoir fait toutes les sélections à partir des U16, j’avais toujours cet objectif derrière la tête. C’est pour cette raison que je m’applique à être toujours le meilleur avec Saint-Étienne parce que je sais que tout dépend de mes performances en club. Être retenu en sélection, ça tient à cœur à tous les joueurs. Ça prouve le travail que tu as accompli depuis tout petit."



SES QUALITÉS

" Ma qualité première, c’est la vitesse. J’ai réalisé très jeune que j’avais cette facilité à toujours finir dans les premiers aux jeux de course avec mes amis ou à l’école. Même si j’ai pratiqué la natation, le judo ou la danse hip-hop étant jeune, cette qualité m’a dirigé vers des sports comme l’athlétisme pour le 100m, le basket ou le football américain qui m’attiraient beaucoup. Mais comme il fallait attendre l’âge de 13 ans pour s’inscrire au foot US, j’ai opté pour le football. Depuis, j’essaie de développer cet atout au maximum parce que la vitesse est une qualité essentielle en football mais elle se travaille. Aller vite, c’est bien, mais il ne faut pas le faire n’importe comment, il faut savoir à quel moment et à quel endroit placer son accélération. Parmi mes autres qualités, je parlerais aussi de mon jeu aérien même si ça peut surprendre. C’est un aspect que je travaille depuis des années. Quand on mesure 1,70m ça n’aide pas mais, pour moi, la taille ne veut rien dire. Je pense que c’est avant tout une question de placement et de timing. Sur un centre offensif dans la surface, c’est moi qui décide d’où je pars et quelle trajectoire je vais prendre pour attaquer le ballon. Et puis quand je marque de la tête, je suis encore plus content parce que personne ne s’attend à voir un joueur de petite taille prendre l’avantage sur un adversaire plus grand. Ça choque et cette surprise, c’est un peu une revanche."



LE PORTE-DRAPEAU STÉPHANOIS DE LA GÉNÉRATION 98

"Quand on arrive en centre de formation, on sait qu’il restera peu de joueurs de sa génération qui perceront jusqu’à l’équipe professionnelle. Mahdi Camara et moi, nous avons cette chance. C’est un sentiment particulier qu’on évoque assez souvent ensemble d’ailleurs. Le travail, la détermination et les sacrifices sont pour beaucoup dans notre réussite, mais il y a aussi une part de chance qui joue énormément. Heureusement, à Sainté, la concurrence est très saine. Même si chaque joueur travaille dur pour être le meilleur, ça se fait dans une bonne
 ambiance parce que le club a un vrai côté familial. Les coéquipiers deviennent presque des frères qui compensent l’éloignement avec la famille et avec qui on reste liés à vie. Certains éducateurs jouent un rôle très important aussi. Pour moi, c’est le cas du coach Sablé. Même s’il aime m’envoyer des piques, je ne le remercierai jamais assez. Il m’a vu grandir et a accompagné ma progression. Aujourd’hui, c’est aussi grâce à lui que je montre de quoi je suis capable."


SA RELATION AVEC LES CADRES

"J’ai directement accroché avec Wahbi Khazri et Yann M’Vila. Malgré la différence d’âge, on a les mêmes délires et les mêmes centres d’intérêt. On a appris à se connaître et s’apprécier. Au quotidien, ce sont deux joueurs que j’écoute attentivement. Yann me donne beaucoup de conseils. Son expérience du haut niveau en club ou en équipe de France est très bénéfique pour moi. Wahbi, lui, est très chambreur. Il adore me piquer pour me pousser à progresser. Depuis que je suis dans le groupe pro, Romain Hamouma m’a également pris sous son aile. Faire la passerelle entre le centre de formation et l’équipe professionnelle implique beaucoup de changements pour un jeune joueur. Il y a des codes à respecter et Romain, comme le coach Sablé, m’ont aidé à réussir cette transition."


Cliquez sur la Une de Maillot Vert pour le lire le magazine complet >

Expériences ASSE

Palmarès