ASSE 2-2 Rosenborg : les Verts méritaient mieux

Dominateurs et fringants, les Stéphanois ont obtenu un nul porteur d'espoirs face à une équipe de Rosenborg, impressionnante de réalisme. Robert Beric a signé de grands débuts et Nolan Roux a égalisé à trois minutes du terme.

Pros Jeudi 17 Septembre 2015 à 23h06

Les soirs d’Europe sont toujours riches en émotions à Saint-Etienne. Pour le 100e d’entre eux, cette devise n’a pas fait d’impair et le public stéphanois a pu apprécier, une fois encore, la magie fédératrice que transportent en elles les joutes européennes. Le Chaudron a tenu son rang. Il a encouragé, supporté ses protégés et ce dès l’échauffement, notamment lorsque Robert Beric, nouvelle tête pour cette rentrée des classes européennes, s’échauffait devant les buts. Ce dernier aura signé des grands débuts, marquant et obtenant un penalty, dans un match passionnant jusque dans les dernières secondes.

Pour le deuxième match d’une série de sept en trois semaines, Christophe Galtier opérait plusieurs changements dans son onze initial. SI Stéphane Ruffier, Moustapha Bayal Sall, Loïc Perrin et François Clerc étaient une nouvelle fois titulaires en défense, Benoît Assou-Ekotto, de retour de blessure, retrouvait son côté gauche. L’entraîneur stéphanois optait pour un milieu à trois têtes, avec Jérémy Clément et Fabien Lemoine en base du 4-3-3 plus Valentin Eysseric, en soutien des trois attaquants. Robert Beric fêtait sa première titularisation en Vert, après avoir disputé quelques minutes à Montpellier. Nolan Roux, buteur à la Mosson, l’accompagnait aux avant-postes, tout comme Kévin Monnet-Paquet, placé à gauche.

Cinq minutes. Voilà ce qu’il fallait à Robert Beric, arrivé il y a moins de deux semaines dans le Forez, pour s’acclimater à l’air stéphanois. Un centre au cordeau millimétré de Nolan Roux, parfaitement lancé par François Clerc, lui suffisait. Le renard des surfaces réussissait des débuts fracassants. Le Slovène catapultait le ballon dans les filets en taclant rageusement et les Stéphanois, enjoués et remuants, frappaient les premiers (ASSE 1-0 Rosenborg, 5e).

La réponse norvégienne était tout de même immédiate, mais le but de Soderlund de la tête était refusé pour un hors-jeu (7e). La menace allait devenir définitive quelques minutes plus tard lorsque Mikkelsen, alerté par Jensen, trompait Stéphane Ruffier, pourtant sorti à son encontre, d’un ballon contré par le portier stéphanois (ASSE 1-1 Rosenborg, 16e).

Le but norvégien ralentissait l’élan stéphanois. Nolan Roux, souvent alerté sur le côté droit, et Robert Beric, présent dans la surface, tentaient néanmoins de tromper la vigilance norvégienne. Le numéro 9 stéphanois, de loin, obligeait d’ailleurs Hansen à se coucher (24e). C’est également lui qui prolongeait du coup de pied un coup-franc de Valentin Eysseric, une nouvelle fois sorti par le portier adverse (30e) et qui trouvait Kévin Monnet-Paquet dans la surface, après avoir bien protégé son ballon, dont la tête fuyait le cadre pour quelques centimètres (37e). Le numéro 22 se gênait ensuite avec Fabien Lemoine, proche des buts adverse, alors qu’un ballon en hauteur offrait une nouvelle belle occasion aux Verts (42e). Ce dernier faisait frissonner le Chaudron juste avant la pause d’une frappe boulet de canon qui passait à un cheveux des buts de Hansen, battu sur cette tentative (44e).

Les Verts redémarraient pied au plancher le deuxième acte, mais ni Beric (49e), ni Eysseric, dont le coup-franc tendu atterrissait dans la surface norvégienne (57e) ne parvenaient à trouver la faille. Les Stéphanois, plus hauts sur le terrain, empêchaient toute relance adverse et Jérémy Clément, particulièrement actif, était sur tous les fronts. Il n’y avait plus de nouvelles audibles de Rosenborg jusqu’à ce que Konradsen se présente face à Stéphane Ruffier mais, fort heureusement, son extérieur du pied était raté (65e). Une preuve, une fois de plus, que les hommes de Trondheim disposent d’une habilité rare pour l’art de la contre-attaque. La domination stéphanoise était telle qu’il n’était pas rare de voir les dix joueurs de champs de Christophe Galtier dans la moitié de terrain norvégienne, cherchant patiemment la faille. Le coup fatal allait pourtant arriver, sur un coup-franc légèrement excentré sur la droite, que Svensson, face aux buts, prolongeait dans les buts (ASSE 1-2 Rosenborg, 78e).



Moustapha Bayal Sall croyait égaliser, d’une frappe puissante du pied droit, mais son but était logiquement refusé pour une position de hors-jeu (83e). Il en fallait plus pour décourager les Verts qui, au courage, forçaient leur destin. Robert Beric, décidément bon jusqu’au bout, obtenait un penalty sur une faute de Eyjolfsson. Nolan Roux le transformait et signait son deuxième but en cinq jours (ASSE 2-2 Rosenborg, 87e). Le Chaudron redevenait alors le Chaudron, bouillant comme jamais. La tête de Loïc Perrin frôlait le cadre, à deux minutes du terme (88e). Les Stéphanois ne pouvaient l’emporter, mais gagnaient les applaudissements de leur public. Déjà un succès.


UEFA Europa League
Phase de groupes – 1re journée
ASSE 2–2 Rosenborg
Score à la mi-temps :
1-1
Au stade Geoffroy-Guichard, 22826 spectateurs
Arbitre
: M. Dingert
Buts : Beric (5e), Roux (sp, 87e) pour l’ASSE ; Mikkelsen (16e), Svensson (78e) pour Rosenborg
Avertissements : Clément (52e) , Eysseric (61e), Sall (83e) pour l’ASSE ; Skjelvik (28e), Svensson (29e), Midtsjo (56e) pour Rosenborg
ASSE : Ruffier – Assou-Ekotto, Perrin (C), Sall, Clerc – Clément, Lemoine (puis Pajot, 76e), Eysseric (puis Corgnet, 65e) - Monnet-Paquet (puis Bamba, 71e), Roux, Beric. Entr. : C.Galtier.
Rosenborg : Hansen – Midstjo, Eyjofsson, Skjelvik, Svensson – Seinaes, Jensen, Konradsen – Mikkelsen, Soderlund, Helland (puis De Lanlay, 76e). Entr. : K. Ingebrigtsen

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :